Le plan de guerre des Etats-Unis finalisé

Malgré leurs incessantes dénégations, les Etats-Unis d’Amérique se préparent à une opération militaire contre le colonel Mouammar Kadhafi. Depuis plus d’une semaine, plusieurs satellites militaires américains pouvant localiser des cibles de l’ordre du mètre stationnent au-dessus de la Jamahiriya. Ils transmettent en continu des milliers d’images par jour de la situation en Libye. Aussi bien le Pentagone que la CIA sont ainsi au fait de la situation sur le terrain dans ses moindres détails. D’après une source au Capitole, rien n’échappe aujourd’hui aux stratèges militaires américains. Différents scénarios sont aujourd’hui discutés à la Maison Blanche. La piste la plus sérieuse consiste en le déclenchement d’une frappe massive à l’aide de chasseurs bombardiers et de missiles de croisières pour anéantir les défenses anti-aérienne et notamment les très efficaces batteries SAM 6 qui protègent Bab Laazizia et la base aérienne de Syrte. Ensuite, les forces américaines lanceraient une opération héliportée afin de capturer le colonel Mouammar Kadhafi. Les Américains savent que si l’opération risque d’être coûteuse en vies humaines, elle n’est cependant pas impossible  à accomplir. Les troupes du Guide de la révolution libyenne aurainet laissé – selon les informations dont dispose Washington-beaucoup de forces dans la répression des insurgés. De surcroit, la CIA est sûre que dès le déclenchement des premières frappes, plusieurs proches de Kadhafi devraient faire défection. Le moral de la garde rapprochée du colonel serait au plus bas. Les images relayées par les chaînes satellitaires arabes ont discrédité la propagande du cercle restreint de Mouammar Kadhafi. Ajouté à cela, le fait de mettre aux arrêts le colonel Abou Bakr Jaber ainsi que Abdallah Senoussi a créé  un énorme malaise parmi les plus proches du guide, où la paranoïa serait devenue structurelle. Cependant, les Américains attendent que la situation se dégrade encore plus afin que l’intervention militaire n’offense pas les foules arabes. Les Etats-Unis attendraient aussi que les européens se rangent de leur côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *