Les Amazighs supplantent le 20 février

Même si la majorité des associations amazighes n’ont pas manqué de relever certaines « imperfections » dans la mouture du projet de Constitution qui sera soumis à un référendum populaire ce vendredi 1er juillet, aucune d’entre celles qui comptent n’a appelé à boycotter le scrutin. [onlypaid]Cela dit, plus de 600 associations amazighes se sont réunies à Rabat dernièrement et ont décidé d’appeler à voter contre les candidats du PJD et de l’Istiqlal. « Le mouvement amazigh est très remonté contre les islamistes et les nationalistes marocains qui n’ont jamais admis la constitutionnalisation de l’Amazighe comme langue officielle à côté de l’Arabe », nous a déclaré un des militants du mouvement. Pour les associations amazighes dont une partie manifestait avec le Mouvement du 20 février depuis le début, sortir aujourd’hui dans la rue ne rime plus à rien. « Notre objectif est de lutter contre les conservateurs et les corrompus. La bataille pour la Constitution est derrière nous et nous estimons que nous l’avons gagnée », a expliqué à Maghreb-intelligence un vieux militant de la cause amazighe. D’après des observateurs avertis, la stratégie des groupes amazighs, contrairement à celle du Mouvement du 20 février, est intelligente et conséquente. Ils savent que la protestation commence à s’essouffler avec l’adoption de la nouvelle Constitution et qu’il faut donc définir d’autres objectifs qui peuvent être réalisés. Pour le moment, plusieurs coordinations régionales du 20 février s’activent pour mener des campagnes contre certains partis politiques. L’exemple des associations amazighes est souvent cité par les jeunes. [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *