Maroc. Après la loi et les concurrents, Abdeslam Ahizoune méprise le Parlement

L’homme fort du secteur des télécommunications au Maroc et patron de Maroc Telecom ne recule devant rien quand il s’agit de mépriser la loi et même les institutions. Celui dont le groupe vient d’écoper d’une amende record de 3,3 milliards de dirhams pour concurrence déloyale, est l’auteur d’un autre grave impair.

Mercredi 12 février, Abdeslam Ahizoune devait se présenter devant la commission parlementaire des secteurs sociaux pour répondre aux questions des élus concernant sa gestion de la Fédération royale marocaine d’athlétisme qu’il dirige depuis bientôt deux décennies. Il a tout simplement faussé compagnie aux parlementaires sans fournir la moindre excuse.

Pire. Lors d’une mission d’information menée par les membres de ladite commission, le patron de Maroc Telecom et de l’athlétisme marocain a refusé de collaborer et de fournir le moindre document sur les juteux marchés qui ont été conclus sous son règne et qui portent essentiellement sur les centres nationaux et régionaux ainsi que sur leurs équipements. Des chantiers évalués à plusieurs centaines de millions de dirhams.

Sans parler de tout l’argent dépensé lors des participations des équipes nationales à diverses grandes rencontres sportives à l’étranger. Et avec le résultat que l’on sait: aucune consécration de premier plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mansour Essaïh 00:39 - février 14, 2020

    Voilà un de ces comportements sociaux, économiques et politiques sur lesquels doit se pencher sérieusement la commission du nouveau modèle de développement !