Maroc. Quand Abdellatif Hammouchi, patron de la police, revêt les habits du syndicaliste

On connaît l’homme en tant que patron du pôle sécurité-renseignement (DGSN-DGST), mais Abdellatif Hammouchi est aussi un redoutable syndicaliste.
Ce n’est pas une blague. Le patron de la police marocaine n’arrête pas de négocier, et d’arracher, de grands acquis pour les femmes et les hommes de ses services.
Selon des sources gouvernementales, il s’est personnellement démené récemment pour l’adoption d’un nouveau statut de base de la DGSN (direction générale de la sûreté nationale) et en «haut lieu», comme on le répète dans les salons de Casablanca et de Rabat.
Ce nouveau statut de base permet de doter la DGSN des cadres nécessaires à ses actions avec plus de souplesse dans le recrutement.
Mais il sera surtout synonyme de nouvelles augmentations salariales pour les policiers avec la création de nouveaux grades et un processus de promotion (échelles) plus juste, selon nos sources.
Rappelons que l’accord du 25 avril, signé entre le gouvernement, les syndicats et le patronat, permet des hausses salariales aux fonctionnaires et salariés du secteur privé.
«Le gouvernement a, semble-t-il, oublié les services de sécurité», ajoute notre source.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bou 19:12 - mai 26, 2019

    L’on a appris récemment que, le Conseil du gouvernement, réuni jeudi à Rabat, a adopté le projet de décret n°2.19.429 portant statut des fonctionnaires de la sûreté nationale. Ce statut vise, certes, à améliorer la gouvernance sécuritaire et rendre justice au corps de la sûreté nationale, qui remplit une mission noble et combien périlleuse. Néanmoins, ce statut pose un problème juridique énorme, du fait qu’il déroge aux termes de l’article 71 de la constitution, qui demeure on ne plus explicite. Pour rappel, cet article dispose que sont du domaine de la loi, entre autres questions, celle inhérente aux statuts des forces de maintien de l’ordre. Se pose, alors, la question de savoir si le gouvernement a délibérément ou par négligence privilégié le décret à la loi. Il est indubitablement admis que, la voie du décret, pourtant inconstitutionnelle épargne au gouvernement les tracasseries et lenteurs de la voie législative. Or, elle prive les institutions ad hoc du débat démocratique. Pire encore, elle remet en cause la valeur de la constitution en tant que loi suprême du pays.

  2. Hassan Hmimed 00:15 - mai 27, 2019

    J’aimerais bien voir ce grand monsieur un jour premier ministre.

    1. fahhama 22:52 - mai 28, 2019

      il faut appartenir au parti qui acquiert la majorité

  3. Abdeljali 02:02 - mai 28, 2019

    Les bases de lEtat sécuritaires tout le corps de la sécurité publique : autorité locale , gendarmerie royale,force auxiliaires,force armé royale et protection civile pas seulement police nationale.faire pour tous pas seulement une .ma