Maroc: quand la CDG se casse les dents sur les trous des golfs

Quand on s’éloigne du cœur de son métier, il faut s’attendre à toutes les calamités et à payer les pots cassés. C’est ce qui est arrivé à la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), à travers sa filiale la Compagnie générale immobilière (CGI). Deux filiales de cette dernière (CGI) ont accusé des pertes estimées à plusieurs dizaines de millions de dirhams. Par conséquence, Golf Green Company et Golf Management Maroc, les filiales en question dédiées à la gestion des golfs de la CDG et pour le compte d’autrui, ont dû réduire leur capitaux sociaux respectifs par annulation d’actions.

Ainsi, le capital de Golf Green Company a été réduit de 70 millions de dirhams pour passer de 80 à 10 millions de dirhams. Quant à celui de Golf Management Maroc, il a fondu de 4,7 millions de dirhams passant de 5 millions à 300.000 dirhams. Ces modifications ont été notifiées au greffe du tribunal de commerce de Rabat en date du 5 septembre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Harchaoui 09:50 - septembre 12, 2019

    L’Algérie n’est pas la Lybie et les algériens ne sont pas les lybiens dans un mois tout rentrera dans l’ordre le casse tête des algériens a été résolu en 1990 et les profiteurs passeront devant le juge et le train continuera son chemin si une bonne équipe jeune prendra les rênes et se debarassera des vieux qui n’ont aucun amour à leur patrie sauf par les paroles .