Pourquoi les radios privées cartonnent

Elles sont au nombre de quatre et font déjà un tabac chez les jeunes. A Tunis, on les appelle les 4 mousquetaires. Programmes légers, ton assez libre, programmation musicale digne des grandes stations radios européennes.

Les radios privées tunisiennes sont aujourd’hui un véritable phénomène de société. La dernière en date à avoir vu le jour, Shem’s FM, propriété de Cyrine Ben Ali Mabrouk, fille du président Ben Ali connait un véritable engouement. Dotée d’un capital estimé à un million de dollars, Shem’s FM commence déjà à donner des soucis à la plus ancienne des radios privées tunisiennes, Radio Mosaïque lancée en novembre 2003. Entre temps, une autre radio a vu le jour à l’initiative de Sakher El Materi, gendre du président Ben Ali. Radio Zaïtouna dédiée aux programmes religieux, a pu fidéliser une bonne partie de l’audimat tunisien. En 2005, radio El Jawhara a commencé à émettre depuis la ville de Sousse. Même si elle n’a pas la réputation de radio Mosaïque qui dispose déjà d’un siège flambant neuf dans le quartier des affaires à Tunis, elle a tout de même pu survivre à ses grandes concurrentes. Grandes perdantes de ce match, les radios étatiques qui n’arrivent pas à se moderniser et qui sont en train de perdre du terrain. Chose qui ne préoccupe pas outre mesure les autorités publiques qui voient d’un bon œil cette nouvelle Tunisie qui déferle sur les ondes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *