Qui détient le pouvoir aujourd’hui en Tunisie ?

C’est une journée historique pour le monde arabe que vient de vivre la Tunisie ce mardi 22 novembre. En effet, la révolution du jasmin a trouvé un épilogue plutôt heureux et démocratique. Les islamistes, nettement victorieux lors des élections de l’assemblée constituante, ne se sont pas montrés gourmands. Ils ont accepté de partager le pouvoir avec Etakattol et avec le CPR. Ainsi, l’ombrageux et intransigeant Moncef Marzouki, pourtant peu commode, va se voir confier prochainement les rênes du pouvoir suprême. Même si la fonction de président de la république est seulement honorifique, la désignation de Moncef Marzouki  à ce poste est un signal très fort envoyé par la deuxième république tunisienne à tous les autres pays arabes. Pendant une année, celui que personne ne voulait accueillir, même pas les chefs des partis de l’opposition, va présider à la destinée dela Tunisieet la représenter à l’international. Certains observateurs imaginent des têtes à têtes « hallucinants » entre Moncef Marzouki et plusieurs chefs d’Etat arabes. Pour la primature où se concentre l’essentiel du pouvoir exécutif, c’est l’islamiste Hamadi Jebali, ancien détenu politique, qui aura en charge la gestion quotidienne du pays. Cela dit, les décisions stratégiques, selon un diplomate français en poste à Tunis, ne peuvent être prises sans l’assentiment de deux hommes, aujourd’hui incontournables à Tunis. Il s’agit du général Rachid Ammar et de Cheikh rached Ghannouchi. Ainsi, alors qu’Ennahda a mis la main sur les ministères stratégiques de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice, le ministère dela Défense, quant à lui, a été au centre d’une réunion entre le général et le Cheikh et un accord a été vite trouvé. C’est l’actuel détenteur du portefeuille Abdelkarim Zbidi, qui s’entend bien avec le chef d’état major général Rachid Ammar, qui devrait normalement continuera à gérer ce département. D’après les observateurs sur place, malgré le partage en apparence du pouvoir, ce sont l’armée et Ennahda qui tirent réellement les ficelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *