Remous au sein du ministère de l’Intérieur marocain

Il y a quelques jours, le ministère de l’Intérieur marocain a été mis sens dessus dessous par un incident pourtant mineur. Alors que le plus important des ministères marocain est soumis au feu des critiques depuis plus de deux mois, une affaire en apparence anodine est venue mettre « la Résidence » encore plus sous pression. La fille d’un « gros ponte » du ministère a en effet été retenue par la douane  de l’aéroport de Rabat avec en sa possession une carte de crédit internationale et un dépassement des devises autorisées, chose prohibée  par la législation marocaine. Après moult interventions, les douaniers qui se livrent à une véritable guerre contre la police, la gendarmerie et les Renseignements Généraux, ont relâché la fille du haut responsable du ministère de l’Intérieur après lui avoir fait signer un engagement afin  qu’elle clôture son compte bancaire à l’étranger. Cet épisode a jeté un grand froid dans les couloirs de la « Résidence » où les plus folles rumeurs circulent depuis des jours sur des possibles règlements de comptes entre les différents clans. D’un autre côté, l’on croit savoir que le Wali Allal Sekrouhi, directeur depuis juste une année, de la puissante Direction Générale des Collectivités Locales (DGCL) serait sur la sellette. L’ancien patron de l’Agence urbaine de Casablanca paierait certains de ses amitiés, ainsi que sa     gestion précédente de l’urbanisme de la mégalopole  économique marocaine. Les mauvaises langues murmurent que le ministère de l’Intérieur risque de connaître d’énormes changements très prochainement. Affaire à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *