Retour en force du wali Mohamed El Yaâkoubi 

S’il est un haut responsable qui sort renforcé de la crise dans la région du Rif, c’est bien Mohamed El Yaâkoubi, wali de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima. A 48 ans, le jeune cadre vient en effet d’être confirmé à son poste lors du dernier mouvement des agents d’autorité. Lauréat de l’Ecole Hassania des travaux publics spécialisé en génie civil, il était pourtant donné partant il y a quelques semaines encore, des rumeurs insistantes évoquant son limogeage. « Dans la première liste soumise par le ministre de l’Intérieur Abdelouahed Laftit, c’est bien le nom de Allal Sekrouhi qui figurait à la wilaya de Tanger-Tétouan-Al Hoceima », affirme une source bien informée à Rabat. Mohamed El Yaâkoubi a été repêché à la dernière minute, après intervention des plus hautes autorités. Au cours des dernières années, l’homme a su obtenir la confiance du Palais, notamment lors de son passage à la tête de la préfecture de M’dieq-Findeq entre 2005 et 2010, puis de Tétouan. « C’est une région où Mohammed VI aime à se rendre pour passer ses vacances ou pour des activités officielles » témoigne un élu de la région, soulignant le caractère de « grand bosseur, efficace, avec le sens de l’écoute » du wali. Pas anormal donc que ce grand commis de l’Etat hérite de la gestion des dossiers brûlants de la région et supervise les grands chantiers d’Al Hoceima. C’est aussi à lui que revient la supervision du chantier de la future Smart City dont la réalisation a été attribuée au groupe chinois Haite, autant de missions d’importance qui ne lui valent pas que des amitiés. Le président de la région Ilyas El Omari ne ferait pas partie de ses amis, une litote, ce qui ne devrait pas nuire à Yaâkoubi et pourrait même constituer une rampe de lancement pour le ministère de l’Intérieur en cas de remaniement.     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *