Rififi au sein de la famille royale saoudienne

La mort du prince héritier et ministre de la Défense saoudien Sultane bin Abdelaziz a donné lieu à un bras de fer au sein de la famille régnante, mais qui a été passé sous silence par les médias. La nomination du prince Salmane bin Abdelaziz, gouverneur de Ryad, au poste de ministre de la Défense pour remplacer Sultane, a été très mal perçue par un autre membre de la fratrie qui gouverne le pays depuis une soixantaine d’années. [onlypaid] En effet, le prince Abderrahmane bin Abdelaziz a refusé de prêter allégeance au nouveau prince héritier, le prince Nayef bin Abdelaziz. Pis encore, le jour même où avait lieu la cérémonie au palais royal de Ryad, Abderrahmane bin Abdelaziz, véritable maître au ministère de la défense pendant une dizaine d’années, a tenu une réunion avec les hauts responsables de ce ministère. Le geste a été vu par les autres princes comme une grave provocation et un défi à l’autorité du nouveau prince héritier, Nayef. D’ailleurs, la sanction n’a pas tardé. Deux jours après cet incident, le roi Abdallah a décidé de révoquer de son poste de vice-ministre de la Défense, le prince Abderrahmane bin Abdelaziz. En Arabie Saoudite, même si tout semble écrit d’avance, les surprises ne manquent pas. [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *