Sahara occidental: Violence dans le camp Gdem Izik

La tension est montée d’un cran entre le Maroc et l’Algérie au moment même où New York accueillait des discussions informelles sur le Sahara Occidental, sous l’égide des nations Unies.


Il faut dire que le raidissement était perceptible depuis plusieurs semaines déjà, Alger essayant de maintenir la pression au maximum, par Polisario interposé.
Le camp de tentes de Gdem Izik, dressé par des protestataires sahraouis près de la ville de Laâyoune, en appui à des revendications ouvertement à caractère social, était devenu un moyen pour faire plier le Maroc à la veille de ces négociations. Les autorités locales à Laâyoune ont commencé par donner satisfaction aux campeurs. Les plus jeunes ont eu droit à des postes d’emploi, d’autres à des lots de terrain ou des subventions matérielles. Une fois leurs revendications comblées, la plupart des campeurs ont commencé à démonter leurs tentes pour rentrer chez eux à Laâyoune. Mais c’était compter sans les calculs du Polisario, dont le QG de Tindouf en Algérie, donnait directement ses ordres à un groupe de repris de justice dans le campement de Gdem Izik. Ce groupe qui comptait dans ses rangs des mafieux locaux notoires, impliqués dans le trafic de drogue et les réseaux d’émigration clandestine, exerçait un véritable diktat dans les camps. Armé de gourdins et d’armes blanches, il s’en prenait à quiconque voulait démonter sa tente pour quitter le camp.
Plusieurs campeurs, excédés par cette véritable prise d’otage ont fait face au groupe de malfrats. Les altercations se multipliaient, dégénérant en affrontements entre les deux camps. Finalement, les forces de l’ordre marocaines sont intervenues pour délivrer la majorité des campeurs. Ces derniers ont pu plier leurs tentes et rentrer chez eux. L’intervention s’est soldée aussi par l’arrestation de plusieurs repris de justice, dont certains étaient activement recherchés pour divers crimes et délits.
Alger et la direction du Polisario fondaient de grands espoirs sur ce camp pour maintenir la pression sur le Maroc. Mais avec son démantèlement, ils viennent de perdre un nouveau round dans le bras de fer qui les oppose au Royaume chérifien.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *