Selon la CIA, le Maroc " under control "

Les Américains surpris par les événements en Tunisie, en Egypte et en Libye ont décidé cette fois-ci de répondre présents. Ainsi, ils ont suivi de très près l’appel à manifester le 20 février lancé par plusieurs associations et de jeunes facebookers. A l’issue de ces marches qui ont eu lieu dans plusieurs villes du Maroc, la CIA a adressé une note rassurante à la maison blanche et au département d’Etat à propos de la situation au royaume. Les honorables correspondants de Longley ont estimé minimes les risques que le pays puisse s’embraser à l’image des autres pays arabes. La première chose qui a attiré l’attention des analystes de la CIA, c’est la nature du mouvement. Alors qu’en Egypte et en Tunisie, le degré de répression était plus grand, au Maroc, les demandes ont toujours été canalisées à travers des institutions ancrées dans la société, même si elles sont aujourd’hui décriées. C’est pourquoi la contestation du gouvernement sur la blogosphère n’a jamais pris l’ampleur de ce qui s’est passé dans les autres pays. En outre, dès le début du mouvement du 20 février, il a été vite phagocyté par les islamistes et l’extrême gauche. Dans les principales villes du royaume, ce sont des professionnels de la contestation qui encadraient les manifestants, ce qui a enlevé toute « fraîcheur ou nouveauté » à la contestation. D’un autre côté, les Américains sont sûrs que les demandes exprimées lors des marches vont être récupérées par les structures partisanes. Que se soit la gauche, les conservateurs ou les islamistes, le champ politique marocain dispose d’une panoplie de formations politiques capables de structurer cette demande et de la canaliser. Concernant le mouvement du 20 février, la CIA estime qu’il lui manque l’élan et les relais nécessaires pour constituer une véritable tendance au sein des jeunes et de la société en général. En plus, la centrale américaine pense que les autorités marocaines vont vitre réagir afin d’endiguer tout début de contestation dans le pays, notamment à travers un nouveau projet de société qui pourrait tourner autour du thème de la régionalisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *