Succession de Boutef et Mossad en menu principal à Paris

Sous les yeux bienveillants de la DGSE (services de renseignements français), particulièrement attentive de ce genre d’activités, un dîner fastueux a rassemblé environ une quinzaine de personnes dans un restaurant appartenant à homme d’affaires algérien situé au 20ème arrondissement de Paris. Parmi les participants à ces «agapes nocturnes», deux anciens généraux de l’armée nationale populaire, un patron d’un grand groupe économique (agro-industrie), un ancien premier ministre et des hommes d’affaires algériens résidents en France.


Les généraux de l’ANP, qui d’habitude restent très discrets, notamment lorsqu’ils rencontrent leurs compatriotes à l’étranger, n’ont pas hésité à évoqué, en long et en large cette fois-ci, leurs craintes quant à l’avenir de l’Algérie. Les convives, tous très proches des cercles du pouvoir, ont évoqué l’absence de relève dans le cas où il arriverait malheur au président Bouteflika, qui malgré les divergences et les tiraillements, demeure une garantie pour le pays dans cette période critique.
Ces généraux, toujours proches de l’appareil, ont affirmé lors de ce dîner que les désaccords sur presque tous les points sont flagrants entre les différends clans du pouvoir. Ils ont tiré la sonnette d’alarme quant aux règlements de comptes qui font rage entre les différentes ailes de l’establishment. D’ailleurs, le dernier acte en date qui est venu étayer leurs arguments, est l’arrestation du directeur général du port d’Alger survenu il y a quelques jours.
Un autre volet a également attisé les craintes des « convives nocturnes » parisiens.  Il s’agit de l’arrestation par les autorités algériennes de 6 agents du Mossad voyageant avec des passeports espagnols, italiens, et ukrainiens  dans la ville de Hassi Messaoud (région où se concentre les sites pétrolier et gazier les plus important du pays) et dans la ville d’Oran. Pour les généraux qui participaient au dîner, cela est un signal fort de la dégradation de la situation en Algérie et de l’inquiétude que cela inspire à plusieurs pays que la succession de Bouteflika inquiète sérieusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *