Traitement de faveur pour Nicolas Sarkozy

Après plus de seize heures de garde à vue dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (ouest de Paris), Nicolas Sarkozy a été autorisé, de manière tout à fait exceptionnelle, à passer la nuit à son domicile avant d’être à nouveau entendu depuis 8:00 ce matin, par les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Hormis ses avocats et ses proches, personne ne savait si l’ancien chef de l’Etat français avait passé la nuit sur place ou non, alors que son ancien ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, avait bien quitté les lieux peu avant 23:30 après avoir été entendu en audition libre.

Nicolas Sarkozy doit s’expliquer devant les enquêteurs sur les soupçons de financement de sa campagne présidentielle de 2007, à hauteur de 50 millions d’euros, par l’ancien régime libyen de Mouammar Kadhafi. Il est fort probable que les juges français en charge du dossier disposent d’informations extrêmement précises concernant ce financement supposé, après avoir recueilli nombre de témoignages, notamment auprès d’anciens dignitaires libyens, dont Saïf al-Islam, le deuxième fils de Kadhafi. La garde à vue de Nicolas Sarkozy peut légalement se poursuivre jusqu’à jeudi après-midi, au terme de laquelle l’ancien président français peut être présenté à un magistrat en vue d’une inculpation, ou laissé en liberté.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *