Transport aérien: pourquoi la compagnie israélienne Israir a-t-elle disparu des radars marocains?

C’est une question que se posent les opérateurs du tourisme au Maroc, mais aussi ceux qui s’intéressent à l’actualité du transport aérien.

Après un premier vol direct inaugural entre Tel-Aviv et Marrakech, le 25 juillet dernier, la compagnie israélienne Israir n’a pas poursuivi ses dessertes de et vers le Maroc comme c’était prévu initialement. Autrement dit, c’était un petit tour puis s’en va au moment où El Al a maintenu son programme et continue de relier Tel-Aviv et Marrakech de manière régulière.

Selon les sources de Maghreb Intelligence, le problème se pose au niveau du contrat qui devait être signé entre ladite compagnie et les autorités marocaines, en l’occurrence le ministère du Tourisme et l’ONMT.

«Le problème se pose du côté du ministère et de l’ONMT qui ont tardé à préparer le contrat et cela nous fait un sérieux manque à gagner», déplore un professionnel du tourisme à Marrakech.

Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire et rectifier le tir.

Nos sources affirment que ce contrat avec Israir sera signé avant octobre, mois pendant lequel deux compagnies marocaines vont lancer des vols directs entre le Maroc et Israël: Royal Air Maroc (RAM) et Air Arabia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. M'hamed BENMOUFFOK 18:20 - août 25, 2021

    Encore une question de bakchichs en retard, trop de gourmands autour de ce contrat !!!

  2. Mohamed. 18:43 - août 25, 2021

    «Le problème se pose du côté du ministère et de l’ONMT qui ont tardé à préparer le contrat et cela nous fait un sérieux manque à gagner»,

    Hamdoullilah…
    Beaucoup de petits enfants marocains musulmans innocents épargnés par de dangereux pédophiles satanistes.

    1. erable 20:23 - août 26, 2021

      Mais vous devez être vraiment pervers pour penser de cette façon
      Toute votre matière grise  »si vous en avez » tourne à la mécanique d’en dessous la ceinture.