Marche ou crève: quand l’Algérie abandonne 13 000 migrants dans le Sahara

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chaoui04 22:41 - juin 25, 2018

    Ces criquets que la France a sucé de leurs richesses jusqu’à l’os ,se préoccupe de leur situation migratoire lorsquils envahissent illégalement un pays? Non vos sauterelles vous devriez leur louer des avions cargo-charters et les accueillir dans l’hexagone ou bien les marococus qui eux aussi se soucient de leurs situation devrait les recevoir dans le royaume du roitelet shlomo homo6.
    En Algérie pas de place pour ce fléaux déjà mis en place par les ennemis de l’Algérie (Marococu,I SS RAT HELL ,la gaule…) .N’est pas babou….che…?

  2. DZ Info 06:15 - juin 28, 2018

    Il y a quelque chose qui cloche: j’ai lu sur France Info que ces photos auraient été prises le mois dernier. Or les expulsions ont été suspendues pendant le mois de ramadan, cela avait été annoncé officiellement et du coup d’ailleursles personnes qui se cachaient jusque là avaient refait surface dans les rues.
     » Le gouvernement algérien a décidé de suspendre temporairement le plan, visant à rapatrier 5000 migrants subsahariens vers 7 pays africains et de ne le reprendre qu’à la fin du Ramadan pour des considérations humanitaires, a t-on appris de sources concordantes. »https://observalgerie.com/actualite-algerie/algerie-le-gouvernement-suspend-temporairement-le-rapatriement-des-migrants-subsahariens/

    Les témoignages des migrants expulsés concernant les morts ne sont pas crédibles: je me souviens d’une vidéo prise dans le centre de Zéralda où le commentateur expliquait que les gens allongés sur le sol étaient des cadavres ! Interviewer des gens furieux de leur expulsion donne toujours des propos sujets à caution. Les femmes enceintes sont autorisées à rester en Algérie jusqu’à leur accouchement, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle elles sont enceintes en permanence.

    Pourquoi personne ne se trouve t’il de l’autre côté de la frontière algéro-nigérienne pour réceptionner les expulsés si cette pratique dure depuis plus d’un an ? La ville nigérienne la plus proche se trouve à 15 kilomètres, comment font les migrants pour mourir en trois-quatre heures de marche ?

    Enfin bref, encore un fake news, on a l’habitude.