A cause de la Libye, l’armée de l’air tunisienne veut acquérir des chasseurs américains F-16

La montée de l’instabilité en Libye oblige l’armée tunisienne à revoir ses armements. Dotée de vieux F-5 Tiger, l’armée de l’air tunisienne ambitionne de changer, à court terme, son aviation de guerre. Ainsi, le chef d’état-major de l’armée de l’air, le général Mohamed Hajjem, connu pour ses accointances avec le Pentagone puisqu’il a été pendant 3 ans attaché militaire auprès de l’ambassade tunisienne à Washington, pousse pour l’acquisition d’un système d’armement homogène auprès des américains.

En plus des chasseurs F-16 Viper, semblables à ceux acquis par le Maroc au début de la décennie, fabriqués par General Dynamics, le patron de l’armée de l’air lorgne vers les Textron AT-6C « Wolverine », avions légers d’attaque au sol. Ce dispositif aiderait l’armée dans ses interventions contre les terroristes qui s’infiltrent depuis les frontières libyennes et algériennes, notamment dans la région de Jbel Chaambi.

Malgré les difficultés budgétaires de la Tunisie, les Etats-Unis seraient prêts à accorder des facilités de paiement à la Tunisie, essentiellement pour contrecarrer l’offre faite par le suédois Saab qui veut placer ses JAS 39 Grippen, beaucoup moins coûteux que les F-16 Viper.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.