Chiisme: le chef de la diplomatie iranienne, Saeed Khatibzadeh, répond à Nasser Bourita

Téhéran a rejeté les accusations de Nasser Bourita concernant la volonté de l’Iran de se renforcer en Afrique en y propageant le chiisme. Lors de sa conférence hebdomadaire, qu’il tient chaque lundi, Saeed Khatibzadeh, le chef de la diplomatie de Téhéran, a qualifié les accusations de Nasser Bourita de «non fondées».

Le patron de la diplomatie marocaine, lors d’une réunion au Parlement il y a quelques jours, avait accusé l’Iran d’essayer de se renforcer en Afrique en y propageant le chiisme, menaçant ainsi la «sécurité spirituelle» des pays islamiques du continent noir qui ont opté pour le sunnisme.

Les relations entre Rabat et Téhéran s’étaient sérieusement dégradées au fil des dernières années. Jusqu’à mener à une rupture pure et simple de leurs relations en mai 1918. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.