Exclusif. La chute d’Azzedine Mihoubi prépare celle de nombreux généraux algériens

A l’heure où toute l’Algérie a les yeux rivés sur la réaction du Hirak face à l’épidémie du coronavirus, au sein du sérail, une importante opération de démantèlement de tout un clan est en train d’être menée dans les coulisses. Il s’agit du clan militaire qui voulait introniser Azzedine Mihoubi, leader du RND, à la tête de l’Etat algérien. Le dauphin d’Ahmed Ouyahia aurait pu devenir l’actuel Président algérien si le défunt Gaid Salah et certains de ses compagnons ont fini par dire non lors de la nuit du scrutin présidentiel du 12 décembre 2019 pour privilégier enfin Abdelmadjid Tebboune.

La stupéfaction fut générale dans l’entourage d’Azzedine Mihoubi qui fait aujourd’hui l’objet d’une véritable opération de « nettoyage ». L’ex-candidat choyé par Ennahar TV d’Anis Rahmani et certains généraux de l’armée algérienne et des services secrets va connaître aujourd’hui sa chute. Délogé officiellement du RND pour céder sa place à Tayeb Zitouni, l’ancien maire d’Alger, Mihoubi sera définitivement exclu de son parti lors du prochain congrès extraordinaire reporté en raison de la menace de l’épidémie du coronavirus.

En attendant, la justice commence à « pêcher » les membres de son entourage. Samira Hadj Djilani, sa directrice de communication lors de la campagne électorale, a été placée sous interdiction de quitter le territoire national (ISTN) et devra faire l’objet d’une enquête judiciaire à propos de plusieurs marchés obtenus dans le secteur de la culture lorsqu’il était dirigé par un certain.. Azzedine Mihoubi. L’ex-leader du RND sera donc prochainement convoqué et mis sous enquête. Dans sa chute, Azzedine mihoubi devra entraîner plusieurs hauts gradés de l’armée algérienne à l’image des généraux Dahmani, Wassini Bouazza ou Mohamed Kaid, les principaux artisans de sa candidature aux présidentielles du 12 décembre 2019. Nous y reviendrons…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.