Exclusif. La France propose ses services pour faire l’intermédiaire entre Alger et Madrid

Les tensions qui ont éclaté récemment entre Madrid et Alger à la suite de l’alignement direct et clair des autorités espagnoles sur la position marocaine dans le délicat dossier du Sahara Occidental préoccupent fortement Paris. La France a proposé, d’ailleurs, officiellement aux deux parties de jouer le rôle de l’intermédiaire pour ramener la confiance entre ces deux partenaires majeurs pour la sécurité en Méditerranée Occidentale.

Plusieurs sources diplomatiques algériennes et françaises ont confirmé à Maghreb-Intelligence que ce sujet a été amplement abordé le 13 avril dernier lors du long entretien du chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian avec le président algérien Abdelmadjid Tebboune. Lors de sa dernière visite à Alger, le Drian a tenté de sensibiliser Tebboune sur l’importance de calmer ses tensions avec l’Espagne. Le patron de la diplomatie française a expliqué à son homologue algérien que la guerre lancée par Poutine contre l’Ukraine a donné naissance à un autre monde auquel l’Europe doit s’adapter. Dans ce contexte, il est légitime pour les pays européens de sécuriser leurs frontières au sud de la Méditerranée en enterrant tous les malentendus avec les partenaires les plus importants comme le Maroc ou l’Algérie.

Selon nos sources, Tebboune a beaucoup insisté sur la nécessité de résoudre au plus vite le conflit autour du Sahara Occidental en demandant aux européens de faire preuve de neutralité et de bon sens. A en croire le président algérien, les tensions vont perdurer longtemps au Maghreb tant qu’une « solution juste et équitable » n’a pas été mise en place par le Maroc et ses alliés. Sensible à cet argument, le Drian aurait, selon nos sources, convenu avec le président algérien d’approfondir les discussions autour de ce sujet, mais sans pour autant prendre le moindre engagement pour relayer les revendications algériennes qui consistent à une plus grande implication de l’Union Européenne dans les pressions exercées sur le Maroc pour reconnaître la légitimité des velléités indépendantistes du Polisario.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.