Le cadeau « intéressé » du Hezbollah libanais au « reconnaissant » Emmanuel Macron

En visite au Liban au lendemain de l’explosion qui a dévasté le port de Beyrouth, le président français Emmanuel Macron, venu « sermonner les dirigeants libanais » était accompagné par le franco-libanais Rodolphe Saadé, patron du géant CMA CGM. A ceux qui se posaient la question de savoir qu’est-ce que faisait un homme d’affaires dans une visite éminemment politique, la réponse a été apportée ce mois de février 2022.

En effet, l’opérateur CMA CGM vient de se faire confier la gestion du terminal de conteneur du port de Beyrouth. Le groupe français a été l’un des deux candidats à avoir répondu à l’appel d’offres lancé en 2020. Le seul concurrent de CMA CGM a été disqualifié à l’examen des offres techniques.

Selon des sources françaises dignes de foi, l’octroi de ce juteux et stratégique marché à l’opérateur marseillais est le résultat du deal passé entre l’Elysée et la direction du Hezbollah. Le parti chiite a promis au président français de ne pas bloquer l’appel d’offres en contrepartie de la non-évocation des armes du Hezbollah par Emmanuel Macron. Le patri-satellite de l’Iran dispose d’un arsenal de plus de 140 000 missiles pointés vers Israël, mais également vers les autres partis politiques libanais.

Le port de Beyrouth a été soufflé le 4 août 2020 par une gigantesque explosion de stocks de nitrate d’ammonium qui a fait 200 morts et de centaines de blessés. Les 16 grues qui sont demeurées intactes continuent de fonctionner au ralenti. Le volume des conteneurs a diminué de moitié par rapport à 2019, à 700.000 EVP (unité du fret maritime qui correspond à un conteneur de 20 pieds de long, soit environ 6 mètres) à peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.