Tunisie : comment Youssef Chahed a renversé Caïd Essebssi avec l’aide de Rached Ghannouchi et Lotfi Brahem

Ils attendaient le président de la République, les Tunisiens ont eu droit au Premier ministre. Celui que beaucoup prétendaient affaibli et en fin de course, a joliment rebondi mardi soir lors d’une allocution télévisée surprise. C’est donc un Youssef Chahed en pleine confiance et totalement remonté qui a « dézingué » Hafedh Caïd Essebssi, en direct sur la télévision publique. Le Premier ministre n’a pas mâché ses mots en évoquant nommément le fils du chef de l’Etat et sa « clique », qui « ont détruit » le projet Nidae Tounes, selon les propos de Youssef Chahed.

Mais que cache donc cette offensive du Premier ministre tunisien ? Selon des sources proches de Youssef Chahed, ce dernier aurait mis le président de la République devant ses responsabilités en lui demandant de le soutenir publiquement. Chose que Béji Caïd Essebssi n’envisageait pas,  préférant rester à distance de l’ensemble des partis politiques, en suspendant notamment l’Accord de Carthage 2.

Youssef Chahed aurait alors émis le vœu de s’adresser directement aux Tunisiens. Le président n’a pas pu refuser cette requête venant d’un homme qui se sentait directement visé par l’entourage du palais de Carthage. Le Premier ministre a trouvé des appuis auprès du patron d’Ennahda, Rached Ghannouchi, et du  ministre de l’Intérieur, Lotfi Brahem.

Mis au pied du mur par Hafedh caïd Essebssi et ses amis, Youssef Chahed pouvait soit jeter l’éponge et s’éclipser de la scène politique, soit faire face et défier le fils Essebssi. Le choix a été vite fait en faveur de la deuxième option. Ce qui replace le jeune Premier ministre au centre de l’échiquier politique et donne un coup de vieux, et un « air Trabelsi », au palais de Carthage et à Nidae Tounes.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.