Séquence d’histoire. Comment les chasseurs MiG-25 ont sauvé l’Algérie d’une frappe aérienne israélienne

En 1988, le leader de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui se morfondait dans la banlieue de Tunis, avait pris la décision de tenir un grand congrès en Algérie au cours duquel il devait donner le ton pour la création de l’État palestinien à la tête duquel il serait intronisé. Yasser Arafat avait quitté contraint, six ans auparavant, le Liban où ses combattants contrôlaient plusieurs camps de réfugiés et avaient établi un Etat sur le territoire libanais.

D’après ce qu’avait reporté le magazine Military Watch, le Mossad Israélien avait eu vent de la volonté des Palestiniens de créer leur propre Etat en exil, ce qui devait institutionnellement et diplomatiquement donner à leur combat plus de consistance et plus de légitimité. C’est alors que le premier ministre israélien de l’époque, Yitzhak Shamir et son ministre de la Défense Yitzhak Rabin donnent l’ordre d’engager une opération militaire sa précédent contre le congrès de l’OLP.

Initialement, Yasser Arafat voulait organiser le congrès à Bagdad, mais le conflit de celui-ci avec l’Iran l’avait découragé. Tunis se révélait également être un lieu fort dangereux. En avril de la même année, les Israéliens avaient déjoué la surveillance des forces de sécurité tunisiennes en assassinant Abou Jihad, un des dirigeants palestiniens les plus populaires.

C’est alors que Yasser Arafat jette son dévolu sur Alger. Finalement, le congrès de l’OLP s’est tenu au club des Pins, à environ 20 km de la capitale. Les dirigeants algériens craignant une opération israélienne ont consulté leurs Moscou. C’est avec l’aide des soviétiques que l’armée algérienne établi une zone d’exclusion aérienne autour du Club des Pins. L’intégrité dans la zone a été assurée par les systèmes de défense aérienne mobile BuK 2K12, ancêtres des BuK-M2 et BuK-M3.

Deux chasseurs MiG-21 ont constamment patrouillé à basse altitude autour du lieu où se tenait le congrès, et deux intercepteurs MiG-25 l’ont également fait à une altitude plus élevée. D’autres MiG-25 en assistance étaient restés en alerte dans leurs bases aériennes.

Il faut savoir qu’à cette époque, le MiG-25 soviétique que l’Algérie était la première à recevoir, était le chasseur le plus rapide du monde. Il se présentait donc comme un redoutable adversaire de l’armée de l’air israélienne dont les chasseurs vedettes étaient, le F-15 Eagle américains, plus légers que le MiG-25 mais plus lents. Les F-15 Eagle qui devaient bombarder le Club des Pins volaient plus bas et leurs missiles avaient une portée plus courte et une charge explosive considérablement plus petite, lors à cause notamment des réservoirs externes volumineux qui leurs étaient greffés pour pouvoir volet beaucoup très loin de leurs bases en Israël.

En fait, les missiles air-air R-40 du MiG-25 transportaient une charge utile plus de cinq fois supérieure à celle du AIM-7 Sparrow installé à bord du F-15. Cette caractéristique rendrait difficile pour les chasseurs israéliens d’échapper aux missiles soviétiques de classe air-air, malgré le fait que les F-15 avaient une meilleure maniabilité, un taux de montée plus élevé et un ensemble de capteurs plus puissant.

Ainsi, e 10 novembre 1988, les systèmes de défense algériens ont détecté un groupe de F-15 s’approchant de leur espace aérien à moyenne altitude. À leur tour, l’armée de l’air algérienne avaient déployé plusieurs MiG-25 supplémentaires pour renforcer ceux qui patrouillaient déjà le ciel algérien. Au lieu d’intercepter les F-15 israéliens, les avions algériens ont préféré former un front à une altitude plus élevée, dont ils pourraient tirer parti en lançant des attaques de missiles. Les F-15 israéliens détectèrent probablement la présence d’un nombre considérable de MiG-25 et de radars multiples. Elles changèrent de cap et se replièrent vers leur base.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Viktor 14:09 - mai 3, 2020

    La photo d’illustration est un mig 29.
    Soyez crédibles.

  2. Algerien 12:45 - mai 10, 2020

    Vous êtes de sale menteur de mauvaise fois
    Je faisais mes classes en 1988 en Algérie et nous étions en Alerte depuis plus de 72 heures.
    Les mig algerien ont chassé les chasseurs sioniste en territoire tunisien avant de pénétré en Algérie
    Vous êtes au Salut des sionistes.
    L’Algérie à démontrer que c’est un redoutable adversaire pendant la guerre des six jours et vous avez-vous fait plus ?? Soyez sérieux vous vous cacher derrière de faux commentaire bande de lache

    1. zg 23:34 - mai 29, 2020

      je confirme j étais au service militaire aussi en 88

  3. mouatène 10:13 - mai 17, 2020

    ce que vous dites est vrai. les youpas quand ils ont affaires avec les algériens ils savent très bien de quoi il retourne et que ce n’est plus de la rigolade comme avec l’egypte. et encore, imaginez que la frontière qui les protège est contigue à celle de l’algérie, penserez vous que tsahall existerait à ce jour ? les youps savent ou mettre les pièds et pour ça c’est des as.

  4. mouatène 17:58 - juin 11, 2020

    mon chèr Zg, à la date du congrès palestinien j’étais sur place, et croyez moi, les sionistes ont la chance du siècle. au meme moment un arsenal  » aérien  » était basé à moins de 800 kms de tel-aviv avec mission de raser une grande superficie de la région si l’ordre serait donné. et je penses qu’ils ont eu vent et c’est la peur d’affronter les fils des braves de 54 qui les a remis à l’ordre. et le sieur skander nous raconte son histoire de tom et jerry. quant au club des pins, il était impossible de l’atteindre. bref, c’était pour confirmer votre commentaires et celui de vicktor.

  5. mouatène 18:07 - juin 11, 2020

    mon chèr Zg, à la date du congrès palestinien j’étais sur place, et croyez moi, les sionistes ont la chance du siècle. au meme moment un arsenal  » aérien  » était basé à moins de 800 kms de tel-aviv avec mission de raser une grande superficie de la région si l’ordre serait donné. et je penses qu’ils ont eu vent et c’est la peur d’affronter les fils des braves de 54 qui les a remis à l’ordre. et le sieur skander nous raconte son histoire de tom et jerry. quant au club des pins, il était impossible de l’atteindre. bref, c’était pour confirmer votre commentaires et celui de viktor et algérien.

  6. Kaci 14:19 - juin 23, 2020

    Je ne crois pas que c’est de l’intérêt Algérien qu’un membre de la famille du président veut jouer dans la cour des grands, ou faire cavalier seul, sa grouille des agents secrets les terrain sont minés et tout ça ils leur faut des personnages bien formés.

    1. Chargui 20:35 - août 27, 2020

      A force de me raconter les contes des mille et une nuit depuis 1962, je ne croient plus aux mensonges Xoroto.
      L’armée des frontières (dites ANP), plusieurs fois humiliée une armée de tabors marocains (heureusement que l’ALN n’avait pas encore rendu les armes, ne peut pas faire face à une attaque sioniste, c’est juste de la consommation populaire (les arabo-islamistes adorent les mensonges grotesques, car ça passe mieux).
      Un arsenal algérien à 800 Km de Tel-aviv, est une absurdité également, car en 1988 l’Egypte avait déjà capitulé face à Israël, ne peut donc pas admettre un arsenal militaire algérien dans le Sinai, face à son allié sioniste (Israël), au regard des accords de Camp David.
      Je suis un authentique Algérien et je sait de quoi je parle, arrêtez vos mensonges, Israël voulait juste démontrer à la face du monde, qu’ il pouvait attaquer n’importe quel pas Xoroto, surtout que tout ses pays arabo-xoroto sont allié d’Israël (Algérie fournie du gaz à Israël gratuit via l’Egypte, et reçois du matériel israëlien haute technologie via Egypte également). Algérie signe toujours des accords secret avec Israël et la France, contrairement aux autres pays arab-islamistes qui reconnaissent officiellement Israël comme le Maroc, l’Egypte, Jordanie, Libye, Tunisie et les monarchies Xoroto du Golfe ou la Turquie.
      Les arab’islamistes sont des menteurs, Ils sont juste une création de la France et des Anglais auquels ils sont toujours soumis.