Hausse des contaminations, communication, déconfinement et rapatriement des citoyens : les gros ratages dans la gestion du Covid-19 par le Maroc

Depuis le début de la crise du Covid-19, le gouvernement marocain s’est muré dans un certain triomphalisme, devenu exaspérant à la longue. De l’avis de tout le monde, aussi bien les mesures sanitaires que socio-économiques prises lors des premiers jours avaient permis au pays d’endiguer la propagation du virus et d’alléger le poids la crise pour ses citoyens.

Mais, depuis quelques jours, le gouvernement semble faire du surplace. Les contaminations sont reparties à la hausse, tutoyant souvent les 200 cas par jour. Aucune explication n’est donnée à l’opinion publique par les autorités sanitaires qui continuent à servir, d’une manière laconique, des chiffres qui ne veulent plus rien dire pour les Marocains.

Les sorties médiatiques du chef du gouvernement et de son ministre de la Santé sont de piètre facture. Elles sèment plus le doutes qu’elles ne rassurent. Les Marocains ne savent toujours pas s’ils vont être déconfinés ou pas le 20 mai prochain. Ils ne savent pas non plus, si déconfinement Il y a, comment il va être opéré et selon quel calendrier. A 8 jours de la date annoncée initialement pour la levée du confinement, le gouvernement d’El Othmani n’a annoncé ni plan ni échéancier, laissant l’opinion publique en proie aux rumeurs et aux spéculations.

Un autre sujet soulève la polémique au Maroc. Près de 27 000 citoyens marocains sont toujours à l’étranger et réclament d’être rapatriés dans leur pays. Ce lundi 11 mai, des sit-in ont eu lieu à Algésiras, Paris, Lille, Istanbul, Alger, Oran et Dijon pour réclamer le rapatriement des Marocains dans leur pays. Alors que la Tunisie, l’Algérie et l’Egypte ont affrété des vols spéciaux pour ramener, chez eux, leurs citoyens, le gouvernement marocain a choisi de continuer à regarder ailleurs.

Une situation qui noircit le tableau de la gestion par le Maroc de cette crise et montre que le gouvernement du royaume chérifien commence à manquer de souffle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Aziza zemrani 02:10 - mai 12, 2020

    Un point noir dans l’histoire du Maroc

  2. mohcine 11:59 - mai 14, 2020

    Tout le monde loue la bonne gestion du Covid 19 par le Maroc.
    Article peu crédible !