Crise politique en Tunisie : pour sauver la tête de son fils, Béji Caïd Essebssi envisage de reporter la présidentielle

C’est une information fortement relayée depuis plusieurs jours au sein des milieux diplomatiques à Paris, et qui commence à faire son chemin.  Selon le magazine parisien Jeune Afrique, devant la débâcle de son parti Nidae Tounes et face aux difficultés rencontrées par son fils et successeur désigné Hafedh, le président tunisien n’aurait d’autre solution que de reporter les élections législatives et présidentielles. Beji Caïd Essebssi, qui subit une forte pression de la part de son entourage familial et de ses proches, envisagerait d’annoncer publiquement qu’il renonce à se représenter en 2019, et de reporter dans la foulée les élections de deux ans.

Ce scénario permettrait au président de la République de remettre un peu d’ordre dans sa formation politique et de mieux positionner son fils dans la course à sa succession. Selon des sources bien informées à Tunis, Béji Caïd Essebssi pourrait s’adresser prochainement au « peuple tunisien » pour lui expliquer les raisons de ce report annoncé. Selon les mêmes sources, il démettrait dans la foulée le Premier ministre Youssef Chahed et procéderait à la nomination d’un chef de gouvernement technocrate. Une issue qui pourrait plonger la Tunisie dans un nouveau chaos.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Aksel 683 20:28 - mai 28, 2018

    Voila ce qui arrive quand on met le destin d’un pays entre les mains d’un chef d’oeuvre ambulant

  2. Othman Rassaa 00:54 - mai 29, 2018

    Je ne vois pas comment il peut reporter les élections, du moins constitutionnellement, personne ne le laissera faire. Quant à son fils, non seulement il ne vaut rien mais selon les sondages il n’a aucune chance.

  3. Bensenouci 02:53 - mai 29, 2018

    Malheureusement ce n’est pas spécifique a la Tunisie. C’est devenue une mode ou chaque Président non seulement mal élu veut passer le flambeau a sa progéniture par tous les moyens. La bas c’est l’héritage tacite pour les royaumes et autres emirats et ici c’est l’héritage républicain . Ainsi petit a petit nous serons les sujets de nos représentants et non pas des citoyens libres. Gare a la casse.