Donald Trump a gagné une bataille mais pas la guerre

A quelques mois de l’élection présidentielle américaine, durant laquelle sera en quête d’un deuxième mandat à la maison blanche, le président Donald Trump est plus que jamais maître du parti républicain. Les sénateurs du GOP (the Grand Old Party) ont voté, comme un seul homme, contre la destitution du quarante-cinquième président des Etats Unis d’Amérique.

La victoire de Donald Trump sur ses détracteurs démocrates était annoncée. Mais ce n’était qu’une bataille, car la guerre que se livrent actuellement républicains et démocrates est loin d’être finie. La bataille finale aura lieu le 03 novembre prochain, date à laquelle les électeurs américains seront appelés aux urnes, pour choisir un nouveau président.

En attendant, le camp anti Trump aiguise ses armes. Jerrold Nadler, le puissant président de la commission judiciaire de la chambre des représentants, dominée par les membre du parti démocrate, a annoncé vouloir continuer ses investigations concernant le président américain. Il a laissé entendre que sa commission pourrait demander le témoignage de John Bolton, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump.

Le débat sur une potentielle interaction de l’administration américaine avec l’Ukraine, à l’origine de la procédure de destitution lancée et perdue par les démocrates, est loin d’être clos! Et pour cause, les deux partis considèrent qu’ils ont là une opportunité d’apporter de nouveaux éléments à même de motiver les électeurs américains, avant la date fatidique du 03 novembre. Les démocrates chercheraient des preuves pour discréditer Donald Trump, alors que les républicains mettraient davantage l’accent sur les motivations de politique politicienne qui animeraient leurs adversaires.

D’ici là, le spectacle politico-médiatique outre-atlantique ne sera que plus passionnant, donnant du fil à retordre aux responsables politiques du monde entier. Ils attendront de voir s’ils auront à « dealer » quatre ans de mieux avec Donald Trump, ou s’ils pourront enfin ne plus avoir à vérifier tout le temps leurs smart phones pour ne pas rater un N-ième Tweet du milliardaire new-yorkais!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *