Quand les Emirats arabes unis tentent de redorer leur image 

Le corps diplomatique accrédité à Abou Dabi s’est laissé surprendre par le récent remaniement du gouvernement émirati. Le changement opéré par le Premier ministre et Prince de Dubaï, Mohamed Ben Rached Al Maktoum, en a en effet déboussolé plus d’un. Ce n’est pas temps le remaniement en soi que la dénomination de certains nouveaux ministères et l’âge de leurs titulaires qui laissent pantois les diplomates en poste à Abou Dabi. Ainsi, dans un pays où les autorités n’hésitent pas à priver les opposants de la nationalité du pays, un ministère de la Tolérance a été créé. Sur les réseaux sociaux, les commentaires rappellent, non sans ironie, que la Tolérance est une valeur qui doit prévaloir au quotidien et non par le biais de l’appellation d’un ministère. Un ministère de l’Intelligence industrielle, l’un des Sciences développées et un autre du Développement de la société ont également vu le jour. « C’est une tentative pour ravaler une façade profondément lézardée par la guerre au Yémen et par l’interventionnisme émirati en faveur de certaines dictatures arabes », explique un diplomate occidental. Les Emirats arabes unis sont souvent l’objet de critiques au sein des organisations internationales, notamment à propos des libertés politiques et syndicales, inexistantes dans le pays, où encore concernant la liberté de presse et d’expression sur les réseaux sociaux, fortement muselée par les autorités émiraties.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *