Ennahda peut rafler « toute » la mise

Les sondages se succèdent et se ressemblent en Tunisie. Les islamistes d’Ennahda vont vraisemblablement remporter haut la main les élections de la constituante prévues le 23 octobre prochain. Les amis de Rached Ghannouchi sont crédités dans les sondages de plus de 22 %. [onlypaid] Des journalistes tunisiens parlent même d’un score qui frôlerait les 30 % et qui ferait d’Ennahda la première et la seule force structurée du pays du jasmin. Les autres forces politiques suivent de très loin les islamistes. Ainsi, le parti d’Ahmed Néjib Chebbi n’est crédité quant à lui que d’à peine 8 %, alors que celui de Moustapha Jaafar atteint péniblement les 5 %.  Face à cette tendance, les élites tunisoises se posent sérieusement la question sur l’avenir du pays. Une constituante dominée par les islamistes déboucherait-elle sur une Loi fondamentale d’inspiration islamiste ? Gommerait-elle toutes les avancées que la Tunisie a accumulées pendant de longues années dans le domaine de l’égalité des sexes et des libertés individuelles ?  Afin de contrecarrer la puissance électorale d’Ennahda, les « bourguibistes » et certains hommes de l’ancien régime de Ben Ali s’organisent au sein du nouveau parti de Kamel Morjane appelé « Al Moubadar ». D’après, l’ancien ministre de la Défense et des Affaires étrangères, le parti serait d’inspiration destourienne et se veut moderniste et anti-islamiste. Cela dit, selon les observateurs, ce mouvement aura du mal à enrayer la montée en puissance d’Ennahda en raison de l’image des promoteurs du mouvement et de leur proximité avec l’ancien pouvoir déchu.      [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *