Exclusif. Abdeslam Bouchouareb, le « meilleur ami » algérien de Macron

 

Dans les coulisses de la préparation de la visite de Macron à Alger, se trouve un ancien haut responsable algérien qui se fait très discret depuis l’été dernier.

Il est pourtant l’un des dignitaires les plus influents malgré son départ du gouvernement lors du remaniement ministériel de mai dernier.

Depuis, lorsque quelques malentendus ont semé la zizanie entre Paris et Alger, la France n’a pas hésité à faire appel à ses services pour jouer le rôle d’émissaire et de médiateur.

Son nom, Abdeslam Bouchouareb. L’ancien ministre de L’Industrie et des mines est aujourd’hui considéré comme le « meilleur ami » algérien d’Emmanuel Macron. Homme d’affaires talentueux et à la tête d’une importante fortune en France depuis de nombreuses années, Bouchouareb connaît personnellement Macron, bien avant que ce dernier ne préside aux destinées de la France. Depuis plusieurs mois, une véritable amitié s’est instaurée entre les deux hommes et Bouchouareb, en parfait connaisseur des réseaux français, est aller plaider la cause du candidat Macron auprès de Bouteflika. Il est celui qui a convaincu Alger de miser sur ce jeune candidat alors que la plupart des lobbyistes algériens en pinçaient pour Alain Juppé.

Habile et très astucieux, Bouchaoureb avait senti le bon coup en la personne de Macron. Et après son arrivée à l’Elysée, ce dernier n’a pas oublié les services rendus de son ami algérien. Dans tous les dossiers complexes visant l’Algérie, il consulte discrètement l’ancien ministre qui séjourne à Paris depuis l’été dernier.   Et pendant toute cette période de tensions entre la France et  l’Algérie, Bouchouareb a joué un rôle majeur pour mener les pourparlers et préparer cette visite importante et n’a pas hésité à contacter Said Bouteflika et d’autres dignitaires du régime pour tenter d’aplatir les incompréhensions entre Paris et Alger.

Discrètement, Bouchaoureb a été la passerelle entre l’Elysée et le Palais d’El-Mouradia. Il a également expliqué la vision des Algériens et leurs attentes. Macron a pu donc compter sur son « ami » pour surmonter plusieurs obstacles. Mais cet ami ne peut nullement lui garantir le succès de cette visite …

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *