Exclusif. Chakib Khelil à son entourage : « pour être un bon chef-d’orchestre, il faut avoir de bons musiciens »   

Après plusieurs mois passés aux Etats-Unis, Chakib Khelil est de retour en Algérie. Le plus controversé des personnages du pouvoir algérien fait toujours parler de lui dans les salons d’Alger. L’ancien ministre de l’Energie, ami personnelle de la famille Bouteflika, attend toujours son retour sur la scène politique. 

 

L’homme qui a dirigé le secteur pétrolier et gazier algérien pendant plus de dix ans confie sans ambages  à son entourage que son retour aux affaires n’est qu’une question de temps. Mieux encore, selon les indiscrétions révélées récemment par Chakib Khelil à ses proches, le palais d’El-Mouradia lui a fait officieusement part d’une alléchante proposition : devenir le prochain premier ministre pour diriger une Algérie plombée par la crise financière. Après avoir été sondé par les conseillers de Bouteflika, Chakib Khelil semble avoir opposé une fin de non-recevoir. La raison de l’un des acteurs clés des scandales encore non élucidés de Sonatrach est pourtant claire : son profil de technicien ne lui permet pas d’endosser une responsabilité aussi historique. Aux conseillers de la présidence, Chakib Khelil explique préférer se concentrer sur ce qu’il sait faire de mieux , l’énergie, la finance et l’économie. 

 

A son entourage, l’ancien président de l’OPEP confie qu’il ne veut pas de ce poste pour la simple raison qu’il n’y a pas de bons ministres potentiels actuellement en Algérie. « Pour être un bon chef-d’orchestre, il faut avoir de bons musiciens », a-t-il dit à l’un de ses proches les plus fidèles. Ahmed Ouyahia ne manquera pas d’apprécier cette amicale réflexion, lui qui se méfie énormément de cet imprévisible et mystérieux Chakib Khelil. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Chihab 10:40 - janvier 4, 2018

    Merci pour avoir accepte mon inscription

  2. Ghamraci Djamel 11:28 - janvier 4, 2018

    Mieux vaut tard que jamais
    l’Algérie à besoin de ses fidèles fils aujourd’hui plus que nécessaire.de ce fait l’utilité est de passer à une passerelle vers la vraie richesse Qui est la ressource humaine.

  3. Bouabdelli 12:17 - janvier 5, 2018

    S’il est capable pourquoi pas.

    1. Bouabdelli 12:21 - janvier 5, 2018

      On a besoin des gents compétent et ceux qui connaissent le terrain .chakib khelil peut être utiles à notre pays et surtout aujourd’hui.

  4. albert 23:39 - janvier 20, 2018

    le nouvel homme du consensus, celui qui donnera aux américains et aux français ce qu’ils veulent, les américains auront sonatrach et les français auront naftal,
    équitable non,

  5. albert 00:01 - janvier 21, 2018

    la compétence de chakib en 2018 ressemble à celle de bouteflika en 1998, du déjà vu et donc on reverra la même chose, la dilapidation, les projets non rentables, la consommation abusive, la tribu au pouvoir, les affaires pour les amis, les postes d’irresponsabilités aux membres de la famille, la langue de bois,
    y a des dizaines de milliers d’algériens très compétents à travers le monde et ils sont marginalisés pour faire de la place à des corrompus et des collabos de puissances étrangères, ce chakib n’a absolument rien à son actif et aucune compétence ni financière ni économique, c’est juste un gratte papier qui discoure sur tout et rien, un ministre qui occupe en même temps le poste de PDG d’une entreprise sous sa tutelle n’est pas compétent du tout, c’est juste un serviteur idiot de ses maitres, un maestro qui fait office de musicien dans son propre orchestre c’est de l’imbécilité et pas seulement de l’incompétence,
    la seule compétence qu’ils ont c’est occuper un poste et laisser faire,
    chakib est allé trop loin, il accepte de servir de marionnette aux américains et aux français une sorte de double collaboration, il portera la double casquette et ils vont lui faire péter les câbles dés le début et ne trouvera de soins qu’auprès de marabouts des zaouias heureux eux aussi de collaborer cette fois non seulement avec la france (leur mére-patrie) mais aussi avec les américains,