Exclusif. Comment Abou Dhabi et Riyad cherchent à comploter « médiatiquement » contre le Maroc

Les relations entre Rabat et certaines monarchies du Golfe sont loin d’être un long fleuve tranquille. Après des décennies d’une « complicité fraternelle » entre le royaume du Maroc d’un côté, les Emirats Arabes Unis et l’Arabie Saoudite de l’autre, on se dirige aujourd’hui vers une véritable rupture. La maison royale marocaine, jalouse de son indépendante, a peu goûté les tentatives d’intervention saoudiennes et émiraties dans la politique interne du pays et surtout dans la diplomatie chérifienne. « Rabat qui demeure fidèle à ses engagements envers ses amis tient jalousement à son indépendance », rappelle sous couvert d’anonymat une source marocaine généralement bien informée. C’est l’irruption, il y a deux années, du prince héritier et nouvel homme fort de Riyad Mohamed Ben Salmane qui participe à la dégradation des relations avec Rabat. Son caractère ombrageux, ses coups de sang et sa diplomatie erratique « indisposent » indisposent fortement les Marocains qui préfèrent l’ignorer. Après quelques tergiversations, Mohamed Ben Zayed homme fort des Emirats Arabes Unis s’aligne sur MBS et irrite le Maroc. Ce dernier ne tarde pas à signifier aux deux hommes son mécontentement. « Nous sommes un Etat séculaire et nous n’avons ni de leçons ni d’injonctions à recevoir de quiconque, fut-il un ami très proche », souligne un fin connaisseur du dossier.

Mais les choses ne semblent pas en rester là. Face aux rebuffades chérifiennes, Abou Dhabi et Riyad ont décidé de passer à la vitesse supérieure, en adoptant une technique déjà rodée dans d’autres pays. Les Emirats, parrains de la chaîne de télévision Sky News Arabia, chargent un ancien responsable de renseignements émiratis du nom d’Ahmed al-Rabiaâ de veiller sur le lancement de Sky News Maroc. La chaîne de télévision aurait, selon nos informations, comme feuille de route d’amplifier « la gravité des mouvements sociaux » au royaume. D’ailleurs, Rabat considère le lancement d’un tel projet sans son assentiment comme une agression et geste hostile envers elle.

D’un autre côté, Riyad serait également sur le point de lancer une télévision généraliste sous le nom de MBC Morocco. Turki Al Sheikh, qui ne porte pas le Maroc dans son cœur, a déjà chargé une boîte de production libanaise afin qu’elle tourne des séries et des fictions marocaines avec comme thèmes de prédilection la prostitution, la drogue et la magie noire.

En outre, les autorités marocaines seraient en train d’enquêter sur plusieurs réseaux qui bénéficieraient de financements en provenance de l’Arabie Saoudite et des Emirats Arabes Unis. Dans leur ligne de mire, certains médias locaux, des écrivains et même certains hommes politiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *