Exclusif. Gaid Salah ordonne des enquêtes sur de nombreux anciens généraux des années 90

Ahmed Gaid Salah, l’actuel Chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne, veut terminer « son opération de nettoyage », ou son opération de revanche comme l’appellent d’autres observateurs, avant la tenue des élections présidentielles du 12 décembre prochain. Le plus vieux général algérien a ordonné aux services de l’armée de lancer des enquêtes sur de nombreux anciens généraux des années 90 qui sont aujourd’hui à la retraite. Des généraux qui représentent pour lui des adversaires politiques redoutables capables de peser sur les évènements du scrutin présidentiel du 12 décembre à travers leurs relations dans le monde politique et celui des affaires sans oublier leurs connexions avec les chancelleries occidentales.

Selon nos informations, ces enquêtes ont commencé à cibler le général-major Mohamed Touati, en retraite depuis 2005, l’homme qui fut surnommé le « cerveau » des généraux des années 90 en raison de sa puissance et de ses fortes connexions. Il est fort probable que ce général soit convoqué et interrogé dans les jours à venir à propos de ses biens personnelles et activités politiques clandestines. Le général Mohamed Betchine, un autre symbole de l’establishment militaire des années 90, devrait être concerné par ses enquêtes en dépit de son âgé avancé (87 ans). Plusieurs autres hauts gradés de l’ex-DRS du général Toufik figurent également sur cette liste des généraux visés par les enquêtes des services de sécurité et de la justice militaire à l’image du général Ahmed, Abdelkader Kherfi de son vrai nom, qui est évoqué dans plusieurs dossiers de corruption. Rappelons enfin que le général-major M’henna Djebbar, un haut gradé proche issu de cette génération des années 90, a été placé en détention provisoire le 21 octobre dernier. La guerre des clans n’est pas encore terminée à Alger…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *