Exclusif. L’armée algérienne s’en mêle pour calmer les esprits à Tindouf

Le haut commandement de l’armée algérienne n’est pas resté insensible face à la colère des habitants de Tindouf qui ont manifesté par centaines dans les rues pour protester contre des soupçons de fraude électorale en faveur du FLN lors des élections locales de jeudi dernier. Des manifestations qui ont semé un véritable vent de panique, et les jeunes émeutiers, après avoir incendié des infrastructures publiques comme le tribunal de la ville, ont lancé des appels directs à la hiérarchie militaire pour lui demander d’intervenir et de mettre fin au « vol de leurs urnes ».

Des appels que l’armée a entendu. Le chef d’Etat-Major de l’Armée algérienne, Ahmed Gaïd Salah, a pressé le chef de la 3e région militaire Général-Major Saïd Chengriha d’envoyer discrètement des émissaires pour parler aux manifestants et émeutiers et les assurer que la haut commandement de l’armée allait demander aux autorités politiques de prendre en compte en urgence les revendications de la population de Tindouf. L’establishment de l’armée algérienne a pris attache également avec les services du Palais d’El-Mouradia pour lui manifester son inquiétude et son désaccord au sujet de la gestion du mécontentement populaire à Tindouf. Le premier ministre Ahmed Ouyahia a également transmis à Ahmed Gaïd Salah des assurances en lui affirmant que le gouvernement ne ménagera aucun effort afin de corriger les injustices à Tindouf.

L’intervention de l’armée a calmé un tant soit peu les esprits à Tindouf et les familles ont reçu des engagements concernant la situation de leurs enfants détenus par les services de sécurité suite aux émeutes qui ont éclaté vendredi dernier. La justice devrait les libérer dans les jours à venir.  Il est à rappeler que des milliers de soldats sont stationnés dans la région de Tindouf. Il s’agit d’une « ville-caserne » quadrillée et surveillée très sévèrement par les services de sécurité algériens. C’est la première fois que de telles protestations populaires éclatent dans cette région. Une colère que l’armée algérienne ne veut plus revoir pour ne pas troubler ses plans militaires dans cette région délicate au centre du conflit du Sahara occidental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bencheikh 21:20 - novembre 27, 2017

    Maudite soit la technologie de ce siecle qui irrite notre Gaid salah ,YouTube,google doivent fermer,ils dévoilent les mensonges et les tractactions du pays de ssi Abdellah au monde, la démocratie algérienne est un model à suivre.couper avec le reste!!
    Au fait c’est qui ssi Abdelah? hhhh

    1. hassan ouazzani 12:07 - novembre 28, 2017

      Il parle de la démocratie, parce qu’il a était élu démocratiquement par quelques généraux lâches, ni le peuple algérien, ni les journalistes algérien ne l’ont élu, si il était un vrais démocrate il n’aura pas accepté l’offre de ces généraux, surtout après l’assassinat de Boudiaf Allah yerahmou, c’est un imposteur et il le restera jusqu’à la fin de ses jours.

  2. dz 22:35 - novembre 27, 2017

    les élections se sont passées admirablement bien.

  3. DZ Infos 23:38 - novembre 27, 2017

    Peuh!..Ce sont même pas des Algériens autochtones de l’Afrique du Nord, devraient s’estimer heureux qu’on leur fasse l’honneur de leur accorder la nationalité algérienne, ces sand niggers descendants d’esclaves des sultans marocains. S’ils ne sont pas contents ils n’ont qu’à retourner au maroc, leur douar d’origine.

    1. Othmans 14:03 - novembre 28, 2017

      Enfin on se revele !!!

    2. Othmans 14:05 - novembre 28, 2017

      Enfin on se revele !!! Mais normal puisque la saoura a toujours ete Marocaine

    3. sarli 16:28 - novembre 28, 2017

      On a compris le message, si tu n’as pas assez d’indulgence pour des Algériens qui soupçonnent une fraude, tu n’as qu’à prendre le même chemin.Makhzeniste machiavélique, tu joues les vierges effarouchées.

  4. Boukili 08:17 - novembre 29, 2017

    Non ça n’a rien avoir avec les elections algeriennes ce sont des Sahraouis sequestrés à tindouf qui ont raz le bol et veulent leur liberté de circuler et de regagner leur patrie le MAROC ils ont n’on marre de vivre dans les camps de la honte