Exclusif. Liamine Zeroual dans le rôle de médiateur entre l’armée et Tebboune

La visite rendue par Liamine Zeroual à Abdelmadjid Tebboune n’est pas un hasard fortuit. L’ex-président algérien, et ancien commandant des forces terrestres en 1989, a profité de son passage à Alger pour sa visite médicale à l’hôpital militaire d’Ain Naadja afin de rencontrer Tebboune. Or, contrairement à ce qui a été raconté par la presse algérienne officielle, cette rencontre ne fut pas purement amicale et dans le seul but d’échanger des salamalecs. Zeroual a échangé avec Tebboune sur l’actuelle situation de l’armée et des déchirements qui minent son haut commandement. Zeroual a été approché par plusieurs notables et hauts gradés de l’armée pour qu’il sensibilise Tebboune sur la finesse dont il doit faire preuve pour gérer les rapports de la présidence avec l’institution militaire.

Depuis l’emprisonnement brutal de Wassini Bouazza le 14 avril dernier, de son ancien adjoint le général Nabil, ainsi que les limogeages du général Amar Boussis de la justice militaire et de Smail Serhoud de l’Etat-Major de la Gendarmerie algérienne, le clan édifié par le défunt Gaid Salah depuis 15 ans se sent très menacé et veut riposter pour protéger ses intérêts et assurer sa survie. Tebboune a été contraint d’intervenir pour empêcher le limogeage et emprisonnement du patron des retransmissions, le général Lachkhem, et de jouer le rôle de l’arbitre pour calmer les esprits au mois de mai dernier.

Or, à moins de 15 jours des cérémonies officielles du 5 juillet qui doivent dévoiler qui si Said Chengriha sera officiellement désigné dans ses fonctions de premier patron de l’armée algérienne, les tensions se ravivent. Zeroual n’a pas caché ses inquiétudes et a prodigué ses conseils à un Tebboune encore novice qui sous-estime l’impact sur la situation du pays de ses tensions internes au sein de l’institution militaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Benmouffok M'HAMED 15:36 - juin 16, 2020

    Pas besoin de demander à Tebboune d’être vicieux et rusé, il l’est déjà !! De toute façon l’armée Algérienne a besoin d’un grand rafraîchissement et d’une désinfection totale, il y a du boulot. Ce n’est pas une vieille marionnette attardée qui va y arriver.

  2. Sid Ahmed Benmechernene 14:25 - juin 17, 2020

    L’Algérie doit être ferme dans ses relations avec la France.

  3. telemaque 16:41 - juin 17, 2020

    Zarwal hada etait et restera pour toujours le parrain de la Mafia des generaux dictateurs totalitaires et grands faussaires . Noublions pas que c est lui qui braquait Chadli benjdid pendant qu il signait son Abdication.

    1. mouatène 09:14 - juin 30, 2020

      telemaque bonjour. juste une correction. au moment ou chadli signait sa démission, zeroual était chez lui en retraite. à l’époque nezzar était ministre de la défense. continuez, bon courage.

  4. Fikri 20:59 - juin 19, 2020

    Pourquoi les esclaves s’intéressent plus à l’Algérie qu’a Leurs pays?

  5. Mansour Essaïh 16:42 - juin 22, 2020

    Eh oui ! On croyait avoir affaire seulement aux harkis locaux et aux caporaux de Lalijou ! Mais non, maintenant ce sont les enfants de lalijou conçus dans les bordels coloniaux des départements d’Oran, d’Alger, de Constantine et de Bougie qui pointent leurs nez.

    Les bâtards ; esclaves de pères en fils, sous les empires de Damas, de Baghdad, du Caire, de Fès et de Marrakech, d’Istanbul et, last but not least ; de Paris croient voir partout des esclaves comme eux qui sont soumis aux lascars (au sens arabe et au sens européanisé) laissés par de Gaulle pour veiller aux intérêts de leurs géniteurs.

    Un conseil : Cache-toi, le HIRAK est de retour !

    1. mouatène 18:12 - juillet 6, 2020

      bravo !!!! allah aalik !!!! quelle culture !!!! quelle éducation !!!! you you you !!!!!

  6. Amjad zahid 23:01 - juin 30, 2020

    Chers putschistes!Si vous arrivez à sortir de votre merde, moi je mettrai le rouge aux lèvres. Bande de voyous !