Exclusif. Pourquoi le couple Macron-Le Drian apporte un soutien sans faille au président Tebboune

« Il faut absolument leur donner un biscuit ». C’est en ces termes que l’ambassadeur français à Alger, François Gouyette en poste depuis six mois, a supplié son supérieur Jean-Yves Le Drian afin de venir en aide à un régime algérien malmené par la reprise du Hirak et par une longue absence du président Tebboune. Et à l’Elysée l’imploration de l’ambassadeur n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Emmanuel Macron décide alors de recevoir les petits-enfants d’Ali Boumendjel en reconnaissant que « l’avocat et dirigeant nationaliste algérien » ne s’était pas suicidé, mais a été « torturé et puis assassiné » par la France.

Dans la foulée, le gouvernement français par le biais de son ambassade à Alger s’empresse de démentir « toute intervention militaire de l’armée algérienne dans le Sahel sous le commandement français », information pourtant affirmée par Emmanuel Macron lors de la conférence des chefs d’Etat des pays membres du G5 Sahel.

« Ce n’est plus un biscuit que le président français offre à son homologue algérien, mais un véritable festin », explique non sans ironie un opposant algérien. Il faut dire que depuis l’arrivée d’Abdelmedjid Tebboune à tête de l’Etat algérien, la France n’a pas ménagé ses efforts afin d’apporter un appui total au nouveau pouvoir algérien. D’ailleurs, pendant l’hospitalisation du président algérien en Allemagne, Emmanuel Macron était l’un des rares chefs d’Etat et le seul européen à converser avec Tebboune.

Selon, un connaisseur des arcanes de la diplomatie française, le couple Macron-Le Drian adore traiter avec les pouvoirs « isolés » ou « en situation de faiblesse ». Macron se comporte à l’international comme sur le plan national. Il refuse qu’on lui tienne tête, et se plaît quand un dirigeant a besoin de lui. « Cela s’est vérifié avec le général Haftar isolé diplomatiquement, puis avec le prince Mohamed Ben Salmane acculé par l’affaire Khashoggi ou encore le maréchal Sissi houspillé sur le domaine des droits de l’homme », constate une ancienne grosse ponte de la Marconie.
D’ailleurs, les relations d’Emmanuel Macron et de son ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sont très tendues avec des chefs d’Etat qui ont du caractère. Cela s’est remarqué avec la Turquie d’Erdogan qui a mené la vie dure à la France, que ce soit dans le dossier Libyen ou encore lors de la crise avec la Grèce.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. mouss 16:45 - mars 3, 2021

    hirak ou pas hirak un algerien reste un algerien rien a attendre de ces rahoua rahoua sinon du venin …pourvu que ca reste comme ca sachant que du haut de leur arrogance mal place ces cretins rejetaient meme le mot de «  »hirak «  » tous juste bons pour les gueux tunisiens et « egyptiens et indigne de leur grandeur Sancho pantesque

  2. Mansour Essaïh 21:38 - mars 3, 2021

    COMPRENDRA QUI VOUDRA.

    Parce qu’ils croyaient qu’eux-mêmes et le régime des ex-caporaux de qui vous savez sont à l’abri de tout soupçon. Non ! La tempête au Césium 137 les a mis à nu. Ils sont complices dans tous leurs agissements et dans toutes leurs actions.

    D’aucuns me diraient que vient faire le régime militaire algérien dans cette affaire ? Simple. Le régime algérien actuel et le prolongement, sans coupure, du régime instauré par les putschistes qui ont renversé le gouvernement légitime algérien (GPRA) en 1962, juste au lendemain du jour de ‘’l’indépendance’’ de l’Algérie. Et, c’est le gouvernement des putschistes qui a permis à la France de continuer ses essais nucléaires jusqu’à 1967 (pendant 5 ans !) et d’utiliser les sahraouis touaregs, Teknas marocains de Tidoufet et autres comme cobayes pour tester les effets des rayonnements radioactifs sur les êtres humains !

    Eh bien c’est ça ! Et n’en déplaise à Khadija Mohsen Finan, spécialiste du Maghreb, et chercheure à l’université Panthéon Sorbonne à Paris qui alimente par ses sornettes sorboniques les « Dissidences du Maghreb depuis les indépendances ». Que crèvent de chagrin les mercenaires du Poly-zéros et ses suppôts de scribouillards.

    1. Zbarbar 21:13 - mars 13, 2021

      Macron est le frère jumeau du Régime Teboune, lois liberticides , verrouillage des espaces de libertés, Matraquage des manifestants, ils se protègent entre roitelets Menacés ,

  3. Nouri 22:43 - mars 3, 2021

    Info couscous !!!!

  4. dz man 10:09 - mars 9, 2021

    Vous n’imaginez même pas une seconde, le bouclier que porte un Algérien pour se protéger de votre propagande. Nous sommes vaccinés contre ces tentatives de déstabilisation qui visent nos institutions et notre peuple. Nous avons le sang des chouhadas qui coule dans nos veines. Vous pouvez continuer à aboyer des siècles vous n’obtiendrez rien du tout , à part le soutien de quelques traitres par-ci par-là mais rien de bien méchant pour notre sécurité. Houari Boumédienne, paix à son âme, nous a montré qui sont nos ennemis éternels.

  5. kamkoum 13:58 - mars 10, 2021

    Apres tout, ce régime despotique a toujours été soumis à leur patrie, la France. Ce sont leurs serviteurs.Macron se doit bien de sauver ces fils de traîtres et de harkis installés depuis 62 au centre du pouvoir.Aujourd’hui , il est temps de chasser cette maudite France de tout le Maghreb, nos peuples ont reconquis leur dignité et leur souveraineté pour honorer le sang de nos martyres….Le Hirak en est la solution, l’héritage sacré de l’étoile Nord Africain .