Exclusif. Sonatrach : la colère des « nostalgiques » du DRS 

Sonatrach vit de véritables tensions internes en raison des résistances que rencontrent les changements opérés depuis  l’arrivée à sa tête d’Abdelmoumen Ould Kaddour, l’ex-PDG de BRC, la fameuse société créée conjointement par Sonatrach et Halliburton, à travers sa filiale britannique KBR. Dissoute en 2007, BRC a laissé derrière elle un héritage industriel qui fait pâlir de jalousie toutes les entreprises publiques algériennes plombées par les dettes et mauvais bilans financiers.

En mars 2017, la nomination d’Abdelmoumen Ould Kaddour comme PDG de Sonatrach suscite une énorme polémique notamment au sein des cercles des fidèles du DRS, l’ancien appareil de la police politique qui noyaute la campagne algérienne des hydrocarbures depuis de très longues années. Sonatrach est la mamelle de l’Algérie. Or Ould Kaddour n’a jamais été en odeur de sainteté auprès du DRS qui fomente contre lui toute une affaire « d’espionnage » pour le condamner à la prison devant un tribunal militaire en novembre 2007. L’actuel PDG de Sonatrach va connaître les pires épreuves de sa vie en purgeant 30 mois de prison ferme.

Lorsque les enquêteurs du DRS le soumettent à leurs interrogatoires, la même question revenait sans cesse : « donnes-nous des dossiers sur ton ami Chakib Khelil et on te lâchera! » Ould Kaddour refuse ce marché de lâche et restera écroué jusqu’à ce que le tribunal militaire le libère en reconnaissant dans un document officiel qu’il n’avait jamais espionné quiconque et quoi que ce soit en Algérie.

Une histoire absurde et un destin incroyable. Ould Kaddour revient en force et prend sa revanche. Dés son arrivée à la tête de Sonatrach, il impulse une nouvelle dynamique et une nouvelle stratégie de gouvernance afin de développer Sonatrach jusqu’à l’horizon 2030. Ainsi qu’une nouvelle réorganisation des filiales et surtout une totale refonte du service commercial de la compagnie qui négocie les contrats de vente du pétrole et du gaz.

Une réforme qui finit par irriter les « nostalgiques » du DRS, à savoir ces cadres influents qui disposaient de tous les pouvoirs et qui se permettaient de réaliser nombre d’affaires juteuses sans rendre compte à personnes. A leurs yeux, Ould Kaddour a franchi la ligne rouge en chargeant il y a quelques semaines les consultants et experts de Boston Consulting Group (BCG), un grand cabinet d’audit américain, de restructurer le service commercial de Sonatrach. Finis donc les privilèges et l’impunité des apparatchiks de Sonatrach.

Le licenciement de certains fonctionnaires de l’ancienne administration de Sonatrach à l’époque d’Amine Mazouzi aura été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Les « nostalgiques » du DRS passent à l’attaque et enclenchent une véritable campagne de dénigrement à l’encontre d’Ould Kaddour. Un premier article sort dans Liberté, le quotidien du milliardaire Rebrab, ami intime des anciens généraux des années 1990, et d’autres publications sortent successivement dans tous les médias algériens pour contrecarrer les réformes menées à Sonatrach.

A la tête de cette campagne, une personne joue un rôle incontournable : Yacine Merzougui, ancien conseiller d’Amine Mazouzi et ancien cadre d’une direction importante de Sonatrach. Il fut également l’un des cerveaux employés par le DRS du général Toufik pour surveiller de près ce qui se passe au sein du « poumon économique » du pays. Yacine Merzougui lance alors un média dont le seul but est de détruire Abdelmoumen Ould Kaddour et de le discréditer auprès de l’opinion publique nationale ou internationale. Ce média s’appelle Bourse Dz.

Il s’agit officiellement d’un portail sur l’économie algérienne. En réalité, il est dédié à Sonatrach et Ould Kaddour. Les articles sont noyés de détails très techniques pour leur offrir un semblant de crédibilité. Les chiffres sont manipulés et interprétés afin de laisser croire que l’actuel PDG de Sonatrach représente une menace pour la souveraineté nationale, soit les vieilles recettes du DRS à la sauce numérique. La guerre fait rage et les ex-DRS ne veulent rien lâcher. Après avoir perdu leurs privilèges à la Sonatrach, ils ne veulent pas perdre aujourd’hui leur capacité de nuisance…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Caporal 8eme BB 22:10 - avril 11, 2018

    d’où sortez vous ces informations ?? en vous lisant et a en croire je penserais que vous étes les mains et les pieds du DRS !! a part si vous avez des infiltrés et des taupes du makhnez au sein de la DRS ?? et le crash de l’avion militaire qui s’est écrasé avec un lot de 267 victimes innocentes ALLAH YERHAMHOUM, n’est il pas l’œuvre d’un sabotage des infiltrés du makhnez ??

    1. Babou 14:13 - avril 12, 2018

      Caporal tout est l’oe Du makhzen , la sécheresse les inondations les protestations et même les accidents de la route

      1. Caporal 8eme BB 16:26 - avril 12, 2018

        babouche….rouh nique emouk ya oulid el kahba !!

      2. Caporal 8eme BB 16:28 - avril 12, 2018

        babouche…..ainsi que les viols de tes sales putes de mére, femme et sœurs !!

        1. Babou 14:20 - avril 13, 2018

          Caporal on voit que tes origines sont troubles aucune éducation petit harki

          1. Caporal 8eme BB 15:48 - avril 14, 2018

            babouche, mes origines sont turcs, quant aux tiennes elles sont multiples d’une mére pute et de 48 divers géniteurs, batard fils de goumiers