Selon Hélène Le Gal, la France ne va pas ouvrir de consulat au Sahara, mais soutient le plan d’autonomie marocain

Dans une interview au site saoudien en langue française Arab News datée du 20 mai, l’ambassadrice de France à Rabat a exclu l’ouverture d’un consulat de son pays au Sahara occidental comme l’ont fait les Etats-Unis d’Amérique il y a quelques mois. D’après Hélène Le gal, « les consultants sont extrêmement liés à la question du nombre de Français, et assez de peu de Français vivent au Sahara». Pour la diplomate du Quai d’Orsay, certes il y a « quelques centaines qui travaillent dans le secteur du tourisme, mais cela ne justifie pas la création d’un consulat ».

D’un autre côté, l’ambassadrice a jugé que le plan d’autonomie présenté il y a dix ans par le royaume chérifien comme solution pérenne et viable « offre des garanties aux populations sahraouies ».

En ce qui concerne le contrôle de l’immigration clandestine par le Maroc, Hélène Le Gal a insisté sur le fait que l’Union européenne devrait faire plus pour accompagner les pays qui sont en première ligne et en particulier le Maroc. L’ambassadrice française a appelé l’UE à «accentuer son soutien financier » au royaume, jugeant au passage que « le Maroc est un pays fiable, qui prend la lutte contre la migration clandestine très au sérieux, et qui apporte des solutions qui lui coûtent cher ».

« Sécuriser une frontière maritime comme celle du Maroc, en plus des frontières terrestres, c’est quelque chose d’énorme à l’échelle du pays. Il faut donc que toute l’Union européenne se mobilise à ses côtés », ajoute Hélène Le Gal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *