WordPress database error: [Table './intramaghreb_intellofr/wp_wfhits' is marked as crashed and last (automatic?) repair failed]
SELECT MAX(attackLogTime) FROM wp_wfhits

La visite « Low Cost » d’Aminatou Haidar au sénat américain – Maghreb Intelligence

La visite « Low Cost » d’Aminatou Haidar au sénat américain

Aminatou Haidar au congrès américain. Serait-ce encore une victoire pour les pro-Polisario sur une diplomatie marocaine qui a du mal à exister en dehors de l’aura royal ? D’après des sources bien informées à Washington, c’est loin d’être le cas comme le présente une partie de la presse. Il est vrai que Aminatou Haidar va prendre la parole au congrès américain, mais dans une salle louée par le centre Robert Kennedy et le lobbyiste Defence Forum qui est sous contrat avec le gouvernement algérien. D’ailleurs, le lobbyiste a subi les foudres d’Alger qui a menacé de résilier son contrat s’il ne trouvait pas un « créneau crédible » pour la « pasionaria du Sahara ». Les autorités algériennes veulent coûte que coûte réaliser un coup d’éclat avant que le Conseil de sécurité ne planche en Avril sur la question du Sahara Occidental. Echaudé par les remontrances algériennes, Defence  Forum voulait qu’Aminatou Haidar soit reçue par le président du Sénat ou par le président de la Chambre des représentants. Sa démarche n’a pas été fructueuse. Il s’est donc rabattu sur une solution « Low Cost ». A savoir organiser un déjeuner payant dans l’une des salles du congrès. Il faut dire que c’est là une pratique courante à laquelle ont recours plusieurs lobbyistes qui ont pignon sur rue à Washington. D’après nos sources, afin d’écouter parler Aminatou Haidar et partager un repas avec elle, les convives seront priés de débourser 35 dollars. « Nous avons dû débourser trois fois plus pour d’autres invités, notamment syriens et tibétains qui étaient amenés dans les mêmes conditions par des lobbyistes », affirme l’employé d’un cabinet d’influence américain habitué à ces agapes. Cela n’empêche que l’opération remet en cause encore une fois l’efficacité de l’outil diplomatique marocain.