William Gallas, le malade identitaire

Les dentistes tunisiens ont la rage au ventre. Leur honneur a été bafoué par le joueur français d’origine guadeloupéenne William Gallas.

En pré-stage à Sousse en mai dernier, le footballeur a été victime d’une rage de dent. Il a alors refusé de se faire soigner par un praticien tunisien et exigé que la fédération française fasse venir de Paris son dentiste personnel. La FFF s’est exécutée, ce qui lui a coûté quelque 25 mille euros. Mais les Tunisiens, considérés parmi les meilleurs praticiens de la région, ne l’entendent pas de cette oreille. Se sentant froissés, ils ont décidé de poursuivre le jouer tricolore en justice au motif qu’il a nui à la réputation de leur pays. La Tunisie est mondialement réputée pour être une destination majeure du tourisme de santé. En effet, plus de 200 mille touristes- patients défilent chaque année dans les cliniques tunisiennes afin de se faire poser un implant mammaire ou une prothèse dentaire. Le comportement de William Gallas n’a donc pas été « compris », ni par les officiels ni par le public.
Mais, selon des sources bien informées, la rage dentaire de Gallas ne serait pas la seule cause de la colère des Tunisiens. L’exclusion de l’équipe de France avant le Mondial sud-africain de Hatem Ben Arfa, joueur d’origine tunisienne, extrêmement populaire à Sousse et à Hammamet, a été très mal accueillie par les Tunisiens qui voyaient en ce joueur, motif de fierté locale, le digne successeur de Zinedine Zidane.
Aujourd’hui, en plus du cas Bernard Kouchner, français et Tunisiens comptent un autre motif de discorde. Et ce ne sera pas simple à résoudre…loin de là.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *