Maroc. Le comité de sélection des programmes de la SNRT monte au front, alors que la direction générale se mûre dans le silence

Face à la montée des critiques dans la presse quant au fonctionnement du Comité de sélection des programmes de la SNRT et de l’octroi de certains projets, le CSP n’a pas tardé à prendre les devants pour dissiper tout malentendu. A ce propos, Maghreb-intelligence, qui s’était intéressé de près à ce sujet, a reçu des précisions de la part de Comité de sélection des programmes.

Ainsi, concernant le membre du comité ayant démissionné le 27 octobre 2019 par courrier électronique, le comité assure que son mandat au sein du CSP arrive à expiration aux termes des travaux de l’appel d’offres en cours. Le démissionnaire « a participé à l’ensemble des délibérations et des décisions du Comité au cours des deux années de son mandat », souligne le communiqué de la SNRT.

Par ailleurs, le CSP qui s‘indigne des « amalgames et des contrevérités » qui visent à porter atteinte à ses délibérations respectant « les règles de la confidentialité », rappelle qu’en cohérence avec « le cadre juridique et éthique qui régit ses travaux », le comité s’est toujours « conformé aux critères de l’innovation, de la qualité et de l’originalité en tant que critères fondamentaux lors de la sélection des projets, dont le nombre a dépassé 360 projets retenus et qui ont été réalisés par plus de 120 sociétés de production nationales, répondant aux besoins des chaînes de la SNRT».

D’ailleurs, le CSP n’exclut pas le recours à la justice « au regard du préjudice diffamatoire subi de manière planifiée avec une intention avérée de nuire et dans le souci aussi de révéler toute la vérité sur ce qui se trame contre le processus général et le processus de production qui est sur la bonne voie, en particulier ».

Si donc, le Comité de section des programmes a pris son courage à deux mains en montant au front pour faire face à la tempête médiatique dont il a fait l’objet ces derniers jours, la direction générale, en la personne de Mohamed Ayad, a choisi de faire profil bas, s’exposant le moins possible. Il faut dire que le directeur général, en poste depuis mars 2007, est rarement monté au créneau pour expliquer à l’opinion publique les choix de la SNRT, encore moins pour défendre ses choix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chergui 20:36 - novembre 3, 2019

    Les programmes sont nuls.les infos sont plus camoufles.vous vous etalez plus sur un sujet venu d europe ou le dece d un acteur français que sur une realitee au maroc.
    quand vous nous informez sur le Maroc sur sa splendeur sa misere son savoir nous sommes plus sensible.on a besoin de createurs et de tres bon createurs car y a beaucoup de chose a voir a entendre decouvrir dans notre magnifique pays.stop au feuilleton etranger et surtout ameliorer de doublage