Maroc: Quand Benkirane et El Othmani se liguent contre Benmoussa

Le PJD n’a pas du tout, mais alors pas du tout, apprécié la mise en place de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement (CSMD) dont la présidence a été confiée à Chakib Benmoussa, par ailleurs (toujours) ambassadeur du Maroc en France. Dès son installation par le roi Mohammed VI, Abdelilah Benkirane est monté sur ses grands chevaux pour critiquer la CSMD en estimant que les membres qui la composent n’étaient pas trop portés sur la religion. De là à l’excommunication, il n’y avait qu’un pas!

Au début de cette semaine, le PJD, via une délégation conduite par Saâdeddine El Othmani, est allé à la rencontre de la CSMD pour lui transmettre un principal message: son travail et ses propositions ne doivent pas s’éloigner des valeurs sociétales des Marocains. Comprenez que cette commission doit prendre en compte le fameux référentiel religieux qui fait le socle de l’idéologie du parti islamiste.

De la poudre aux yeux! Les islamistes ont peur d’autre chose. Que les conclusions de la CSMD ne soit un réquisitoire contre les gouvernements qui ont dirigé le Maroc lors des deux dernières décennies correspondant au règne de Mohammed VI et où ils ont été appelés à diriger deux gouvernement de suite depuis début 2012. Les choses sont claires. Si les politiques publiques de ces deux dernières décennies ont foiré, le PJD assume une grande part de responsabilité comme parti au pouvoir.
Et, à un peu plus d’une année des élections législatives de 2021, le PJD craint de voir la commission de Benmoussa parasiter une campagne qu’il mène déjà depuis longtemps pour s’éterniser au pouvoir.

En conclusion. Ce que pense El Othmani, Benkirane le clame haut et fort. Une distribution de rôles bien rodée depuis longtemps par les islamistes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Dr Ben Kirat 10:18 - janvier 8, 2020

    If you want religion go to the mosque and not to politics or parliament. The Moroccan people are sick of your party using them as stooges for your own hypocrisy and a road to power: « Render to Caesar the things that are Caesar’s; and to God the things that are God’s. »

  2. omar abdelmalek 08:38 - janvier 10, 2020

    Analyse fausse et rentre dans la désinformation