Morocco 2026 : le double-jeu de Hamid El Kadiri, patron de Klem

Mais quelle mouche a donc piqué le patron de l’une des agences de communication les plus prospères du Maroc ? Depuis quelques jours, Hamid El Kadiri, patron de l’agence Klem, a pour cible le ministre des Finances Mohamed Boussaid et le ministre de l’Industrie et du commerce Moulay Hafid Elalamy, accusant les deux d’avoir fait perdre 40 milliards de centimes de taxes à l’Etat lors de la vente des Assurances Saham au géant sud-africain Sanlam.

El Kadiri, qui a bénéficié à plusieurs reprises de « marchés très juteux » de la part de l’administration publique, dont le dernier est celui accordé par le Comité en charge de la candidature marocaine pour le mondial 2026, s’est amusé à envoyer des dizaines de messages whatsapp à ses amis et à ses proches dénigrant Mohamed Boussaïd et Moulay Hafid Elalamy qui n’est autre que le président du Comité de candidature Morocco 2026. Selon des sources bien informées, El Kadiri nourrit depuis quelques temps une rancune tenace envers le président de Morocco 2026 désigné par le roi Mohammed VI, notamment à cause de plusieurs remontrances dont son agence a fait l’objet. Il y a quelques semaines, une violente prise de bec aurait opposé le président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), Fouzi Lekjaâ, au PDG de Klem. Le patron du football national lui aurait alors reproché la fuite dans la presse de certains documents ainsi que des discussions qui ont eu lieu en comité restreint.

A Casablanca, il se murmure que le logo de la candidature, ainsi que la campagne virale dont l’agence Klem est en charge, ont été fortement critiqués par les membres du comité de candidature. Ce qui serait resté en travers de la gorge de Hamid El Kadiri, qui aurait voulu se venger du comité Morocco 2026 en « allumant » son président.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Larbi 21:16 - mai 12, 2018

    Y a-t-il 40 milliards de taxes éludées oui ou non, le reste on s’en fou!