Quand Ennahda joue solo

L’invitation adressée par le parti Ennahda aux autorités du Qatar pour assister à la séance officielle d’ouverture de l’assemblée constituante n’a pas du tout plu aux autres partis. C’est plus le comportement d’Ennahda que la qualité des invités qui a posé problème. [onlypaid]« Les islamistes se comportent comme s’ils étaient les véritables maîtres du pays. Ils le font sans se concerter avec leurs éventuels alliés », s’emporte un ancien ministre. « Le pays est dirigé par un président et un premier ministre, et c’est à eux d’inviter officiellement les chefs d’Etat qui veulent venir en Tunisie », explique un dirigeant d’Ettakatol pour qui Ennahda commence déjà à faire cavalier seul et se comporte comme un parti hégémonique. En plus, aller chercher l’émir du Qatar pour assister à l’ouverture solennelle de l’assemblée constituante a irrité une majorité de Tunisiens qui ne voient dans ce petit émirat qu’un « porte-avion américain » archaïque et prétentieux. « Ce n’est pas le genre d’amis que l’on invite à une fête privée », se délecte un diplomate occidental en poste à Tunis. Pour les autres dirigeants des partis représentés à la nouvelle assemblée, le Qatar ne constitue pas un référentiel, ni au niveau des institutions ni au niveau de la pratique politiques. Les inviter est donc un faux pas commis par Ennahda qui, pour les observateurs, semble avoir du mal à adopter des positions cohérentes depuis son raz de marée électoral.  [/onlypaid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *