Rached Ghannouchi à Washington, la visite de la discorde capote

Annoncée par Riadh Chaïbi, dirigeant au sein d’Ennahdha et conseiller politique du président du Parlement, la visite de Rached Ghannouchi à Washington divise à Tunis.

Alors que Chaïbi confirme ce voyage vers mi-janvier sur invitation de la présidente du Congrès américain Nancy Pelosi, le mouvement d’obédience islamique l’a repris de volée pour démentir ses propos car “pour l’heure” aucun voyage de l’icône religieuse aux États-Unis n’a été programmé. Un désordre communicationnel à l’image de la crise institutionnelle qui secoue le pays.

Selon les dernières informations recueillies par Maghreb Intelligence depuis Carthage, le président de la République Kaïs Saïed, très en colère contre la diplomatie parallèle menée par Rached Ghannouchi, aurait posé son veto à tout éventuel voyage de responsables politiques tunisiens aux États-Unis avant son premier déplacement officiel à Washington.

Les relations bilatérales entre les deux pays et les différents dossiers régionaux et internationaux communs seront également au cœur des discussions. Certes, l’administration Trump pliera définitivement bagages avant cette imminente visite, toutefois, le dossier de normalisation des relations avec Israël demeure à l’ordre du jour. Kaïs Saïed, farouche défenseur de la Cause palestinienne, finira-t-il par rejoindre les pays arabes à avoir établi des relations diplomatiques avec l’État hébreu ? Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *