Renault a-t-il trafiqué ses chiffres de production en Algérie ?

Le 15 janvier dernier, le constructeur français Renault a dévoilé ses résultats commerciaux. Des résultats très positifs, notamment en Algérie, où le constructeur français conserve le leadership. Pourtant les chiffres de parts de marché de la marque au losange en étonnent plus d’un à Alger. Le groupe affirme avoir écoulé 61 922 véhicules dans le pays, détenant ainsi une  part de marché record de 62,8 % en 2017. En coulisses, plusieurs acteurs du marché automobile algérien dénoncent des résultats jugés totalement fantaisistes. Plusieurs sources affirment en effet que l’usine de Renault d’Oran n’a pas produit le nombre de voitures annoncé par les managers de l’entreprise.
 L’usine oranaise du constructeur français a terminé l’année passée avec une production de 28 000 véhicules. Des sources au sein de cette unité de production jurent qu’à peine trois voitures Symbol ou Sandero sont montées chaque jour à la fin de l’année 2017. Une cadence très faible qui ne peut permettre à Renault de réaliser les chiffres annoncés. Une cadence qui s’explique par le ralentissement important de la demande sur le marché automobile algérien en raison de la chute du pouvoir d’achat provoquée par la crise financière.
Mais ses doutes n’ont pas ébranlé la confiance de Renault Algérie qui continue de bénéficier de la confiance totale et absolue des autorités algériennes. En Algérie, Renault est un acteur quasi intouchable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *