Les renseignements militaires égyptiens tancent Uber et Careem

 Les redoutables Moukhabarat al-Harbeya ne ménagent pas leurs efforts pour quadriller l’Egypte et placer à peu près tout le monde sous étroite surveillance. De sources concordantes, depuis plusieurs semaines les services de renseignement du général El-Sissi ont convoqué les dirigeants des deux opérateurs de transport alternatif, Uber et Careem. Il leur a été demandé de bien vouloir livrer les bases de données des clients, des chauffeurs et des courses. La société Uber a opposé une fin de non recevoir aux autorités égyptienne, et refusé de livrer aux services de renseignement son fichier « Haven » qui contient le traçage de l’ensemble des courses effectuées et des clients.
Pour sa part, Careem a commencé par céder en engageant des discussions avec le général Alaa Atwa autour d’une cession de 5% des actions de la société via MSA Dahab, une entreprises totalement contrôlée par les militaires, avant finalement de se rétracter.
Les choses ne devraient pas en rester là, puisque le parlement égyptien est en passe d’adopter un projet de loi autorisant les autorités à accéder librement aux serveurs et aux bases de données  de toutes les sociétés opérants dans le pays. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *