Coup de filet antiterroriste au Maroc

Le ministère marocain de l’Intérieur annonce l’arrestation de trois « éléments dangereux ayant fait allégeance » au groupe jihadiste Etat islamique (EI). L’opération a été menée par les hommes du Bureau central d’investigations judiciaires (BCJI) dans les villes de Salé, Marrakech et Laâyoune.  L’une des personnes interpellées, âgées de 24 à 30 ans, avait rejoint les camps du Front Polisario dans la région de Tindouf (ouest de l’Algérie) selon les autorités marocaines, et planifiait des attentats à l’intérieur du Maroc. Selon ces mêmes sources, lors de leur intervention les éléments de la BCJI auraient retrouvé des documents d’identité délivrés par la République arabe sahraouie démocratique (RASD, autoproclamée) ainsi que des équipements électroniques.

On estime à quelque 3.000 le nombre de ressortissants marocains ayant rejoint les rangs de Daech en Irak et en Syrie au cours des dernières années, dont la moitié aurait péri lors des combats. En janvier dernier, le think tank américain Washington Institute for Near East Policy affirmait que le Maroc était le deuxième pourvoyeur de combattants (environ 300 hommes) de l’EI en Libye.

En 2017, la BCIJ avait démantelé neuf structures terroristes dans le royaume et procédé à 186 arrestations.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *