Tunisie. Middle East Eye, le nouveau coup bas raté du clan Mechichi pour discréditer le président Kaïs Saïed

En politique comme à la guerre, tous les coups sont permis, même les plus indécents et ridicules. C’est le credo du clan du chef du gouvernement Hichem Mechichi, en conflit avec le président de la République, Kaïs Saïed, contre qui des fausses révélations sont en cascades ces derniers jours. La dernière ? Un document de trois pages dit fuité de Carthage et présenté comme un projet de coup d’Etat fomenté par le président Saïed sur fond de l’article 80 de la Constitution tunisienne.

Conformément au fichier publié par le site Middle East Eye -un présumé document adressé par un anonyme à la dircab atypique de la présidence, Nadia Akacha- Kaïs Saïed compterait assigner à résidence certains élus de la Troïka parlementaire – Ennahda, Qalb Tounes et Al Karama – et isoler le chef du gouvernement Hichem Mechichi et le titulaire du perchoir Rached Ghannouchi, sans téléphone ou accès internet pour s’accaparer le pouvoir et exécuter sa stratégie politique.

Pathétique et absurde. Comment un chef d’État en fonction envisage-t-il de faire un coup d’État ? Comment un média s’autorise-t-il à publier un document anonyme sans vérifier son authenticité ? À vrai dire, ce n’est pas si surprenant de la part de Middle East Eye, un média dirigé par un ex de la chaîne qatarie, Al Jazeera, très proche de Doha, Ankara et la confrérie des Frères musulmans. Plus de place au doute, les islamistes seraient à l’origine de cette énième manigance politique ratée.

Agacé par le comportement du président de la République et ses prises de parole anti-système, Ennahda et cie tentent de coller l’étiquette de “putschiste” sur le dos de leur ennemi, Kaïs Saïed. Un signal négatif adressé aux “amis” de la Tunisie et aux institutions financières internationales, préoccupés par le conflit institutionnel et la crise socio-économique, financière et sanitaire en Tunisie. Leurs fans les croyaient “saints”, mais les islamistes excellent dans l’art de la prostitution politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. mouss 16:31 - mai 25, 2021

    Le meilleur systeme politique en pays arabo berbere reste la monarchie
    Comme l algerie en 1991 ou les algeriens bombaient le tiorse (comme toujours ) apres le premier tous et donnaient des lecons a tout le monde a base de ( ils devraient premdre example sur nous

    on montre triomphalement et fierement le chemin surtout a ces marocains qui vivent aux moyen age et la demcratie algerienne la seule fi el 3alam el arabi ect..
    avec la suite que l on sait
    Les tunisiens on pris le relaie en 2011 vingt ans plus tard avec exactement les meme slogans la meme arrogance et la meme betises

    Resultat nib nada que dalle ….rienne de to..pire c est la stagnation voire la regressione
    ux qui avaient ris un petit peut d avance sur les deux autres pays vu leurs marasme et ne se privait pas de s en vanter se voyant comme le japon de l Afrique

    l homomagrebicus n est ps fais pour le systeme presidentiele
    cette liberte qui se promettaient un avenir lumineux largant derriere elle la pietaille
    sous devellope s est transformer en cauchemard
    10 ans qu islamiste et laicard se bouffent le nez quitte a hypothequer l avenir du pays
    Si ce nest deja fait

    Le seul pays a tenir debout reste le Maroc une monachie ( pluri centenaires )
    Ou tout est joue un roi et pas de multi pretendant aux dents longues
    Tout est clair sur le plan institutionnel
    avec la possiblilte de se projeter vers l avenir loins de lutttes politique sterile