«Biens mal acquis» du président Aziz : Le gouvernement mauritanien cherche à Dubaï, au Maroc et en France

La nouvelle qui a fuité la semaine dernière a fait l’effet d’une bombe à Nouakchott. Une source bien informée a révélé à Sahara Medias, un site généralement bien renseigné, que les avoirs extérieurs de l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz vont être gelés.

Mais la question que tout monde se pose est celle de savoir dans quels pays, faudrait-il que les enquêteurs traquent la fortune supposée du clan Oud Abdelaziz. Selon des informations recoupées dans la capitale mauritanienne, les autorités mauritaniennes soupçonnent l’ancien président d’avoir placé le gros de ses biens et de ceux de sa famille aux Emirats et plus précisément à Dubaï. Auquel cas, il serait difficilement récupérables, vu que l’émirat du Golfe est réputé être un paradis fiscal imperméable à tous les fins limiers de la finance.

Une autre destination serait également scrutée. Tekber Mint Malaïnine Ould Ahmed, épouse d’Aziz aurait pendant des années investi dans l’immobilier au Maroc, et cela avant que le froid ne s’installe entre le pouvoir d’Ould Abdel Aziz et Rabat ne se refroidissent.

Enfin, c’est vers la France que les yeux des enquêteurs mauritaniens se tournent. Badre, un des fils d’Aziz s’y rendait fréquemment et cherchait à se porter acquéreur d’un média on-ligne parisien, comme l’avait révélé en son temps Maghreb-intelligence.

Le gel des avoirs extérieurs d’Aziz interviendra alors les enquêteurs ont déjà gelé ses avoirs en Mauritanie. Ainsi, un compte personnel où l’ex chef de l’Etat virait ses émoluments présidentiels a été gelé, de même que les comptes bancaires de son genre et du père de celui-ci, ceux de la Fondation Rahma, ceux des deux derniers Premiers ministres de l’ex-président et ceux de 34 de ministres qui ont, tous, travaillé sous ses ordres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *