Candidature du Maroc pour le mondial 2026 : le grand oral de Moulay Hafid Elalamy

Moulay Hafid Elalamy (MHE), le ministre de l’Industrie et du commerce et président du comité de candidature du Maroc pour l’organisation du Mondial 2026, sera très attendu jeudi 8 février lors du conseil du gouvernement. Selon des sources proche de la Primature, MHE devrait faire un exposé complet sur la candidature du Maroc devant ses collègues du gouvernement. « On va étudier les chances, mais aussi les lacunes de la candidature de notre pays et la manière d’y remédier dans les meilleurs délais », affirme une source gouvernementale. Pour 2026, le Maroc est en concurrence avec la candidature commune de trois pays, Etats-Unis, Canada et Mexique. La désignation par la FIFA du ou des pays organisateurs aura lieu en juin prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. chaoui04 03:58 - février 8, 2018

    peuple sans honte bue ; crève de misère ,se tourne vers la culture de la drogue en empoisonnant le monde entier et surtout son voisin immediat.La prostitution est devenue une culture nationale légalise;Et voilà que ce royaume qui veut pisser plus haut que sa tête.Il veut imiter les nations développées et rassasiées qui ont les moyens pour ce genre de manifestations. POVRE MAROCOCUS ,ils ont foré sur le joint pour avoir toute cette folie .

    1. Bens 16:31 - février 8, 2018

      Avec 40 milliards de dollar comme revenus liés à la cdm 2026 … je suis sûr que notre IDH ne va pas s’améliorer. … Les riches continueront à profiter des travailleurs qui touchent un smig de misère

    2. Babou 20:02 - février 8, 2018

      Chouha 04@ ça aussi c’est le Maroc http://www.algerie-focus.com/2017/10/videos-arrivee-algerie-flakka-drogue-transforme-zombie/amp/

    1. Babou 20:54 - février 8, 2018

      Chouha04@ zertchi qui pense qu’on va inviter l’algrie à organiser avec nous le pauvre http://lionsdelatlas.ma/23850-mondial-2026-faf-l-algerie-soutient-la-candidature-marocaine

        1. chaoui04 20:09 - février 9, 2018

          Babou che :Pov con ,esclave et pd ,tu es pris d’hystérie de m’orienter vers des sites mensongers de ton makhnez.Quelle pédales et tapette invétérée.Pour ton info ,l’UE reconnais que toutes les richesses volées par baudruche 6 alias escobare6 dixit homo6 appartiennent au Polisario. Et pan sur ton cul et de celui du MEKHNEZ.
          Pour ton info lis ceci p’tit cocu:
          « Union européenne a reconnu le droit au Front Polisario de participer à la renégociation de l’accord de pêche liant l’Union européenne au Maroc, rapporte la lettre d’information Africa Confidential.

          « Nous devons accepter la décision de la Cour (Ndlr : de justice de l’Union européenne) et cela signifie que le Polisario devra participer aux pourparlers », a confié à Africa Confidential un haut représentant de l’Union européenne pour le commerce.

          « Je suis persuadé que nous allons convaincre le Maroc du fait que le Polisario doit être à la table des négociations », a-t-il ajouté.

          Une information confirmée par une source européenne : « Effectivement le Service européen de l’action extérieure a pris contact avec le représentant du Polisario à Bruxelles (une première à ce niveau!) ».

          Mais que, selon lui, le Maroc cherche à faire taire. « Les Marocains font semblant de ne pas être au courant et veulent à tout prix éviter la médiatisation de cette rencontre tant elle bat en brèche leur prétendue souveraineté sur le Sahara occidental ».

          1. chaoui04 20:12 - février 9, 2018

            Ca te va p’tite babou….che plutôt grosse bouche pleine de foutre de papies europeens?
            Ou bien je continue?Esclave vas.

          2. Babou 23:24 - février 9, 2018

            Chouha @a l’amharique la cours de justice n’a toujours pas décidé le jugement est en appel et la décision finale revient au conseil de sécurité des nations uni qui lui soutient la position marocaine

          3. Babou 23:30 - février 9, 2018

            Écoute ce dit un de ministres tu comprendras peut-être car je doute que t’en est capable petit mamlouk (esclave)turc fils de mamlouk turc

          4. chaoui04 17:41 - février 15, 2018

            « Profil de la pauvreté des enfants au Maroc », tel est l’intitulé d’un rapport-enquête de l’Unicef, élaboré en novembre 2017 et publié récemment.I Algérie 1 par Noureddine .B.

            Il accable grandement le Royaume et met en exergue les défaillances d’un développement jugé «peu inclusif».

            Ainsi, l’Unicef souligne que les privations diverses, les inégalités ainsi que des défaillances à différents niveaux «ont explosé au Maroc», charriant une pauvreté multidimensionnelle des enfants de «plus en plus laissés pour compte » notamment dans les régions rurales que compte le pays, où quatre enfants sur dix sont dans une situation de pauvreté», est-il noté.

            Conduite par le Fonds des Nations-Unies pour l’enfance (Unicef), l’enquête a porté, notamment, sur la nutrition, la santé et les retards en terme d’éducation qui touchent notamment les enfants dans le milieu rural, frappés de plein fouet par le creusement des inégalités et privations multiples.

            Dans ce contexte, l’enquête consigne que quatre enfants sur dix sont dans une situation de pauvreté, dont trois vivant dans le milieu rural contre un seul en milieu urbain. Les tranches d’âge les plus touchées sont celles qui oscillent de 0 à 4 ans (notamment pour des raisons de malnutrition et d’accès aux soins) et la catégorie des 15 à 17ans (pour des raisons de déscolarisation principalement).

            Mais le constat plus marquant reste lié au niveau de la privation par rapport au logement où presque un tiers des enfantsvivent dans des habitations surpeuplées et/ou bâties avec des matériaux insalubres (les deux pouvant s’accumuler).

            Egalement, le rapport montre, graphique à l’appui, qu’un enfant sur quatre au Maroc subit la privation au niveau de l’eau et 8% n’ont pas à leur disposition des sanitaires.

            Des chiffres qui accablent

            L’enquête a également la couverture médicale. Sur ce plan, elle indique que de 46%, pour le groupe d’âge 15-17 ans, à 53% pour le groupe d’âge 0-4 ans les enfants sont privés d’une assurance médicale de base.

            Selon la même étude, pas moins de 27% des enfants de moins de 5 ans sont privés en termes de nourriture. Une privation qui se manifeste en plus grande partie sous forme de surpoids et obésité que sous forme d’insuffisante pondérale.

            Le rapport fait observer que les deux faces de la problématique nutritionnelle des enfants au Maroc (sous nutrition et surpoids/obésité) sont étroitement liées aux pratiques nutritionnelles inadéquates et à la qualité nutritive de l’alimentation donnée aux enfants.

            Il conclut que, dans l’ensemble, 13,4% des enfants âgés entre 0-4 ans sont privés relativement à la dimension santé, dû au fait que leur mère n’a pas eu de consultations prénatales pendant leur dernière grosses et/ou que leur dernier accouchement n’a pas eu lieu en milieu surveillé.

            Enfin, au chapitre de l’éducation, l’Unicef retient que les données montraient des niveaux de «privations très importants» pour les tranches d’âge 5-14 ans (période de l’éducation obligatoire) et 15-17 ans (adolescence en transition vers l’âge adulte).

            Ainsi, pour les enfants de 5-14 ans, elle relève que le taux de privation en la matière s’élevait à 12,9%, du fait de ces enfants ne fréquentaient pas l’école, la plupart étant des enfants de 5 ans, non- inscrits dans des établissements préscolaires, pointant encore un autre facteur contribuant à ce niveau substantiel de privation qui est le retard scolaire, avec 8,4% des enfants d’âge 13-14 ans n’ayant pas encore achevé le niveau primaire.

            Ce taux de privation est bien plus élevé pour le groupe d’âge 15-17, pour lequel 35,3% des enfants sont privés en termes d’éducation.